• Elle s’étonne de n’avoir pas grandi, de se sentir pareille à la veille, sachant pourtant que la page du livre de ses cinq ans est tournée pour de bon …ELLE A 6 ANS, LISEANN …

    C’est qu’avoir six ans, elle en rêve depuis longtemps, bien sûr il y a la fête la sienne qui se conjugue avec la fête de tous les enfants de Belgique, fête que papa et maman organisent avec le plus grand soin pour réunir tous ses copains, fête faite de rêves, de magie, de pirates, de musique, de danses, de friandises, de cadeaux …

    ELLE A 6 ANS, LISEANN …

    ELLE A 6 ANS, LISEANN …

    ELLE A 6 ANS, LISEANN …

    ELLE A 6 ANS, LISEANN …

    Mais Liséann se "sent » grande comme jamais elle ne l’avait été …

    Elle a six ans désormais !

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  • Ce n’est pas le titre d’un livre, ni le récit d’une panique, juste un vécu d’un bel après-midi aux portes de l’hiver …DUNES …

    Ce jour-là, je décidais seule d’aller vagabonder le long de la plage, libre de mes pas je m’engageais au cœur des dunes, surprenantes de tous ses bunkers enfouis, couchés, dressés parmi l’abondance d’une nature féérique qui tentait d’effacer les heures guerrières d’un temps révolu, je rêvais aux pas de ces gens qui là avaient foulés le sable dans d’autres circonstances …

     

    Et je m’aventurais plus encore insouciante des heures qui s’effilochaient, jusqu’à ce que la pénombre envahisse le décor …

     

    Il devait bien y avoir une sortie de ces hectares de sauvagerie …

     

    Plus j’allais, moins je voyais, de gauche à droite, d’avant en arrière, je m’égarais de plus en plus …

     

    Allais-je ici passer la nuit ? Philippe devait s’inquiéter, je ne voulais pas le troubler davantage, il me fallait me dépatouiller seule de mes audaces …

    Là-bas, au loin des toits de maison m’ont alors guidée, dans les taillis je fonçais pour m’en rapprocher, mais les jardins étaient tous clôturés, une vieille voie ferrée les longeait, je pris l’illusion d’un train fantôme et je suivais les rails …

     

     Et c’est alors qu’une ouverture vers la rue me permit de regagner le monde des vivants, lumières, bruits, passants, tout était pour me plaire … je prévenais enfin Philippe de mon retour  … dans quelques kilomètres , dans la nuit noire des heures d’hiver …

    DUNES …

    DUNES …

    DUNES …

    DUNES …

    DUNES …

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  • "www. je suis mort jeune, j'ai donc peu écrit !"

    Mais ceux qui ont survécu à la lecture de ces "petits chefs-d'oeuvre", les louent encore

    -The Human Season

    -Le Prêteur sur gage

    et deux livres posthumes :

    -The Children at the Gate

    et                                      MOONBLOOM 

    EDWARD LEWIS WALLANT (1926-1962) MOONBLOOM

    C'est l'histoire d'un rêveur, insouciant, doué pour faire avorter tout ce qu'il entreprend ... Jusqu'à ce que son frère aux pieds ancrés dans la réalité, l'engage en tant que gérant d'immeubles New-Yorkais ... loin des beaux quartiers .

    Il y rencontrera les "misères" physiques et psychiques des locataires, toujours à se plaindre de leur condition, exigeant un minimum de confort dû au loyer exigé ...

    Ce n'est pas sans peine qu'enfin ce rêveur émergera de sa léthargie, remettant avec frénésie tous ces immeubles à neuf ...

    Et c'est ainsi que Norman Moonbloom prit vie, au secours de ses locataires et des murs qui les abritent, naît la conscience de son existence !

     

    ... Il pleut sur la mer, alors je lis ...

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  • Ce n’est pas rien qu’un lopin de terre  à cultiver, ce n’est pas rien qu’unLE JARDIN bout de territoire où m’évader, c’est cette force de vie qu’il manifeste et me transmet à chaque saison qui s’installe …

    Ainsi était mon père, plongé dans les racines de la terre, à se donner corps et sueur pour faire jaillir de l’intérieur la force des profondeurs  .

    Bel est l’automne qui fleure de couleurs les arbres qui se dénudent, offrant au regard les branches à élaguer, les feuilles à ramasser, les plantes à protéger du gel qui menace LE JARDIN

     

    Il n’est pas de saison qui ne réclame notre apport, il n’est pas de saison où tout s’endort, il est à chaque jour son loisir de se donner la peine pour se construire …

     

    Ainsi dit mon jardin, « offre-toi à moi et je m’offrirai à toi » … 

    LE JARDIN

    LE JARDIN

    LE JARDIN

    LE JARDIN

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    26 commentaires
  • C’était il y a 48 ans, un 14 novembre,LA RENCONTRE …

    C’était le début d’une longue histoire

    C’était notre âge tendre

    C’était alors sans le savoir

    Le temps des « je t’aime »

    Le temps des amours

    Le temps un peu bohème

    Le temps qui court toujours !

    Et nous voici devenus un peu vieuxLA RENCONTRE …

    À s’épauler du mieux que l’on peut

    Pour faire durer tout ce mieux

    Qui nous rend si heureux   

    LA RENCONTRE …

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique