• Tu me diras ta vie là-bas, quand on se reverra, les jours passés auprès

    TU REVIENS !

    des tiens que tu as appris à connaître, ta grand-mère Louise, tes tantes, des cousins et cousines, ton arrière-grand-mère Claire et tout son village …

    C’est que sur trois semaines tu as dû en découvrir des gens, des coutumes, des horizons nouveaux  qui font partie de tes racines à toi, toi ma petite fille héritière de deux continents  L’Europe et L’Afrique …

    L’Europe, tu connais, tu es née belge de mon fils qui se passionne à te transmettre son savoir et sa culture, l’air de rien et par le jeu tu en apprends des choses, à faire blêmir d’étonnement ceux qui te découvrent …

    L’Afrique, tu me diras ce que du haut de tes quatre ans tu auras pu en observer … La chaleur de l’été, la tendresse des gens, le rythme de la vie, les paysages, l’amour des tiens de là-bas, le Cameroun, de ce monde que tu as à connaître pour être en toi de par ta mère 

     

    Toute vie devrait être métissée, le monde ne s’en porterait que mieux …

     

    Le jardin de Péronnes est prêt à te retrouver, le petit bois t’attend …

    Tu reviens ! 

    TU REVIENS !

    TU REVIENS !

    TU REVIENS !

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    16 commentaires
  • Quand le vert habille mon jardin

     

    Mon cœur s’enivre …VERT

     

    Au bonheur des petits matins

     

    Tout à moi, il se livre …

    Du vert tendre,

    Aux diverses couleurs

    Tant d’amour à répandre

    Au petit soin des fleurs !

    Vert est le décor qui s’épancheVERT15-4

     

    Verts sont les sommets

    Qui vers l’immensité du ciel s’étendent …

    Vert, c’est la couleur de l’espoir …

    VERT15-4VERT15-4

    VERT15-4VERT15-4

    VERT15-4

    VERT15-4

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    16 commentaires
  • Elles nous guettent, nous atteignent, nous envahissent, nous font LES MENACES souffrir …

    Et pourtant ce ne sont que des menaces, rien encore ne s’est produit qui pourrait nous atteindre !

    Le temps n’est pas des plus ensoleillé, il est vrai … mais l’hiver a traîné ses pattes longtemps et le printemps s’efforce de le chasser qui fait fleurir vaille que vaille les fleurs de saison .

    Les puissants de ce monde sont virtuellement attablés  à un jeu de poker se répondant par annonces tragiques aux cruautés établies en Syrie … Qui sait comment se finira la partie ?

    Les religions s’invitent aux  politiques du monde où elles n’ont rien à faire, étant destinées depuis leur création à pourvoir aux fantasmes des faibles qui y trouvent refuge … mais qui pourraient sévir par charia interposée si l’on n’y prenait garde …

    Les femmes et les hommes se toisent à qui mieux-mieux dans un rapport de force ni ne mène nulle part, si ce n’est à rompre l’équilibre si compliqué établi depuis que la femme est femme, elle qui s’est toujours efforcée d’être le pilier de l’humanité se laisse emporter par une valse virile qui ne lui convient pas …

    Et je ne peux me détacher de tous ces maux qui nous menacent, qui prennent tellement d’importance que nos peurs s’enlisent au cœur même de la vie, nous égarant dans nos jugements, nous amènent sournoisement à choisir  le pire contre le meilleur de la vie …

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • C'est le tout premier livre de l'auteur, le tout premier à figurer dans ses oeuvres DU CÔTE DE CHEZ JEAN d'ORMESSONchoisies pour "La vie ne suffit pas" , c'est celui dans lequel il nous parle de ses errances, lui, l'enfant gâté par la vie, né dans une "bonne famille" qui le protège et le nourrit longtemps, qui se cherche sans fin, qui ne se trouve pas, qui sait ce qu'il ne veut pas, qui doute du sens de la vie ... 

    Pourtant combien il l'aime !

    "C'est l'oeuvre des hommes que j'admire, leurs passions et leurs vices ."

    "La vie des hommes me fascine, ce qu'ils en font, comme ils la traitent, la méprisent, l'humilient ou la magnifient ... Ils me parlent sans cesse de moi, de ma vie à moi, de ce qu'elle peut faire et vaincre ..."

    "Ah ! Combien j'admire les hommes et leurs passions, leurs livres, leurs guerres, leurs misères et l'éclat de leurs réussites !"

    Et comme tous les jeunes de tous les temps, de toutes les classes, toutes générations confondues, en lui comme en nous, sont conjoints et le doute et l'envie de réussir ...

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  • Voilà un mot qui dit bien son nom !

    Non, ce matin je ne suis pas allée affronter ni le vent, ni la pluie qui vident le ciel de sa masse ouateuse où retenu prisonnier, gît le soleil ...

    Non, je n'assisterai pas à cette guerre froide que se livrent les éléments puissants de ce monde, tenant pour victimes toutes nos âmes errantes, avides d'éclaircies ...

    Non, je préfère m'enfoncer aux rayons des souvenirs qui faisaient rire la vie, ceux des printemps joyeux où même si le froid gagnait la rive, le soleil lumineux avait bataille remportée !

    Non, ne versons pas dans le pessimisme ... Demain ce sera au soleil de clamer haut et fort son "NON" dédaigneux aux rumeurs des froideurs du temps ...

    • NON !
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique