• Toi aussi, tu quittes le bateau qui m’a fait naviguer dans le trouble desJULIETTE GRECO  eaux de la vie, je me souviens de toi jeune, forte, déterminée, comme « un mec » qui tout en gardant sa féminité a su tenir sa place, sans jamais rien demander  … un modèle pour moi !

     

    Toi aussi tu as vécu 93 ans, sans jamais rien regretter, donnant à qui voulait prendre ce que tu avais à offrir.

    Les temps ont changé depuis, les femmes ne sont plus ce qu’elles étaient … elles sont devenues ou dociles ou des « mecs » ratés, donnant de l’illusion sans pour autant être, se croyant tout en n’étant pas,  enfin ne généralisons pas il en est qui résistent encore aux modes des temps nouveaux … et qui comme toi disent : « voilà pourquoi jeunes gens au fond de moi s’éveille, le désir ardent de devenir vieille » 

    Et tu l’es devenue, n’aimant pas les dimanches, mais te laissant encore déshabiller pour être ces mots que tu interprétais avec autant de grâce comme une javanaise en robe noire .

    Si je suis ce que je suis, c’est un peu grâce à toi …   

     

      

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  • Où donc êtes vous passées muses de ma vie ?

    LIBERTE, LEGERETE, INSOUCIANCE …

     

    Il aura fallu un virus pour vous faire fuir …

    Et pourtant, non, vous êtes là bien ancrées en moi rejetant mentalement tous ces interdits qui nous musèlent, ordre nous dit-on d’un droit à la santé mondiale  … auquel il nous FAUT obéir sans quoi …

    Se moque t-on de nous ?

     

    nous sommes tous mortels et j’en assume mon sort comme le vôtre, l’important n’est pas là, mais bien dans l’art de vivre qu’on nous empêche pour raison de santé ! Sachant, tout un chacun en connaissance des causes, ne serait-il pas temps de nous laisser responsables de nos allées et venues, masqués ou non, selon notre degré de conscientisation,  des endroits fréquentés, des personnes que nous  rencontrons ?

     

     

    Cessons ces états policiers un peu trop polissés que pour être sérieux, ces interdits boiteux qui changent d’heure en heure en raison des peurs inoculées, laissant le retour à nos libertés …

    Libre de rester confiné si l’on veut, ou de sortir et vivre tant qu’on est encore vivant ! 

       

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  • Elle a vécu comme un bonheurANNIE CORDY

    Nous offrant mille fleurs

    Elle a joué sa vie d’enfant

     

    Sans tenir compte de l’heure du  temps

     

    Telle un papillon aux ailes d’argent

    Elle a comblé tous nos manquements

    Riant, chantant, dansant,

    Nous faisant fuir l’ennui pour un moment

    Elle a vécu nonante-deux ans !

    Nous t’aimons tant …

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    24 commentaires
  • Comme tous les ans début septembre, les enfants retrouvent leurs C’EST LA RENTREEclasses et leurs amis, cela faisait six mois qu’ils en étaient privés …

    Ce furent six mois de contraintes et de peurs, un enfer terrestre à l’image du pire des films d’horreur, mais nous avons survécu patiemment, courageusement, prudemment …

    Le mal court encore, on apprend à vivre avec, le connaissant un peu mieux on ose redécouvrir le monde des vivants, patiemment, courageusement, prudemment !

    Il était temps, car ce mal en induit bien d’autres d’ordre différent, sûrement les relations sociales en ont payé le prix cher et vilain, la culture qui est notre humanité se meurt doucement privée de l’oxygène dû aux mouvements des foules, aux  échanges entre nous . 

    Patiemment, courageusement, prudemment il nous faut lutter contre nos peurs, elles sont pires que la COVID, pensez donc avenir et voyez à quoi pourrait ressembler une société inculte, ignare et terrorisée ?

     Pour vous, les enfants j’ose rêver à un lever de soleil !

    Bonne rentrée !

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    10 commentaires
  • Plutôt qu'un "essai" ce sera un roman !ALEXANDRE JARDIN   Française !

    Ainsi fut écrite cette histoire d'une société frisant la "folie" à notre époque d'un siècle en marche ...

    "Une effrontée qui se donne le droit d'être elle-même .

    Une amoureuse qui consent à toutes ses contradictions .

    Une frondeuse assez sage pour être imprudente .

    Une Française . "

    Un roman populaire pour des gens simples, privés de vies simples, qu'ignorent ceux d'en haut qui ne cessent de les fragiliser par leur catéchisme, leur police de la réflexion, leur économie ravageuse ... pour toutes ces familles de travailleurs appauvris par le système pensé et imposé par "une vulgate élitaire" ...

    "Les humanistes doivent dire STOP, arrêter d'être lâches"

    "Aujourd'hui, on mélange trop la morale bébête et la légalité, l'éthique et la contrainte "

    Faudrait-il pour "sauver la glace du pôle Nord" laisser crever tous ces nouveaux pauvres, "ces gagne-pas-lourd, ces artisans étranglés, ces retraités dans la dèche", dont le seul rêve est "d'exister, de peser sur leur propre sort avec dignité !"

    Alexandre Jardin a gardé sa plume franche quand bien même il s'est écarté de son monde personnel pour venir vers le nôtre auquel il se mêle pour mieux nous le rendre !

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique