•  

    Une révélation sur l’art de déjouer la puissance des pouvoirs, religieux, militaires, fussent-ils royaux  …

    Nous avons tous appris  sur les bancs de l’école ses pièces qui nous MOLIERE et FRANCIS HUSTER au THEÂTRE de BINCHEdonnaient à connaître les défauts caractéristiques des outrances de ce 17ème siècle …

    C’est donc l’Homme Jean-Baptise Poquelin, qui nous est mis en scène par la passion de F. Huster .

     Un homme debout, sachant marcher sur le côté pour mieux observer la file qui suit le chemin, sachant le ciel vide et le pouvoir despote, il choisit la farce et les mots pour critiquer son temps sous le nom de Molière, pas toujours facile de faire vivre sa troupe sans mécène … Louis XIV sera le plus grand de ceux-ci … qui à la moitié du siècle lui commandera des satyres comiques pour se jouer de ses gens aux pouvoirs religieux et courtisans … Lully lui fera perdre sa « chaire » et  c’est en ville hors du palais que se joueront ses dernières pièces …

    A la quatrième représentation  du Malade Imaginaire, il est empoisonné sur scène, fort de nature il résiste jusqu’à la fin de la pièce, le rideau tombe, on le ramène chez lui, la mort l’emporte …

    L’Eglise catholique excommunie putains et comédiens, on refuse d’enterrer son corps, Boileau voit le roi et lui dit « Molière l’acteur est mort en scène, Jean-Baptise Poquelin est mort chez lui » Le roi demande : « Jusqu’à quelle profondeur la terre est-elle sainte ? » on lui répond « quatre pieds » et le Grand Louis  s’exclame « qu’on le mette à six pieds sous terre ! »

    Ainsi est restée la société qui un jour adule et le lendemain méprise … pour suivre en file indienne modes et coutumes  … en troupeau …

    MOLIERE et FRANCIS HUSTER au THEÂTRE de BINCHE

    MOLIERE et FRANCIS HUSTER au THEÂTRE de BINCHE

     

    Et lui Molière fera-t-il un jour son entrée au Panthéon ?

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    14 commentaires
  • La femme portait carcan, « encorsetée » d’une morale qui se voulait EN CES TEMPS-Là …éthique et qui la soumettait aux mains mises des hommes …

    Certaines savaient y faire et de manière détournée emprisonnaient leurs tortionnaires aux pièges du désir, d’autres criaient leurs besoins si fort qu’on les dit hystériques, restaient la masse soumise et obéissante …

    Les hommes inventèrent certains la romance pour les séduire, d’autres le godemiché pour les soigner , vint la ceinture de chasteté physique et morale pour les soumises  …

    En mon temps …

    A soufflé une tornade porteuse de libertés, hommes de toutes classes, et femmes en tous genres, ont ravagé les mœurs, donnant de l’interdit aux interdits, respirant enfin  …

    « Tant que votre morale était suspendue au-dessus de ma tête, je respirais comme celui qui étouffe ! » F Nietszche 

    Qu’il y eut des excès, c’est sûr … n’en est-il pas en toute mesure ?

    Mais il est vrai que tant de progrès furent alors amorcés : liberté sexuelle, liberté des femmes, droit de vote pour tous, droit de fumer, de boire, de manger, d’aimer les fleurs, d’aimer la vie !

    En ce temps …

    Règne la peur, celle des hommes qui n’osent plus tendre la main, celle des femmes qui se disent agressées, celles des humains qui craignent de vivre pour sauver ce qui leur survivra, et la liste est longue des interdits qui refont surface …

    Et toujours forte de mon temps je désespère du temps présent où les peurs enterrent nos libertés … 

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    16 commentaires
  • Vivre la prison et s'appeler "Céline" (bien que Louis Destouches cellule 609), sentir LOUIS-FERDINAND  CELINE  Cahiers de Prison peser sur soi une inculpation de "collaborateur" et d'"antisémite", se penser "innocent" d'un tel crime ... 

    Repenser son pays divisé entre le régime de Vichy et la Zone Libre, se dire qu'il y eut de la part de certains Français très importants bien des crimes à l'encontre des Juifs et que soi ...

    Alors on lit des livres et des livres fournis par la prison ou amenés par Lucette, livres où l'on trouve des idées, des maximes, du vécu ayant la hauteur pour moral retrouver ! la liste est longue et bien plus encore :

    Châteaubriand, Voltaire, Beaumarchais, Barrès, Corneille, Descartes, Diderot, Du Bellay, Dumas, Zola, Vallès, Molière, Racine, La Fontaine, ..., tout qui un jour a souffert d'injustice ...

    Survivre s'il est possible à ce long emprisonnement dans une geôle de Copenhague au Danemark, en attendant peut-être une expulsion vers la France où le Ministre Girard de Charbonnières s'entend à le juger ...

    Sa détention s'étendra du 17 décembre 1945 au 27 février 1947 où il jouira d'une semi-libération lors de son admission à l'hôpital civil le Rigshospital ...

     

    Sans préjuger du reste, j'ai souffert avec lui ...

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    14 commentaires
  • Reçu pour Noël, je pensais attendre la semaine prochaine, où bien LA PANTHERE DES NEIGES  Sylvain Tessoninstallée à la mer, je me serais doublement évadée …

    Par curiosité pure, je lisais les premiers mots … et tout à suivi !

    « Vénérer ce qui se tient devant vous… Jouir de ce qui s’offre… croire la poésie plus solide que la foi. Se contenter du monde…C’est l’amour . »

    Loin de la vie citadine contemporaine où courir est le modus vivendi, loin de cette « chaleur » achetée si superficielle, loin de cette aisance factice qui nous ferait croire aux illusions de réalité, il y a « l’affût » de la vie sauvage … La patience avérée de l’apparition incertaine … « Et si rien n’arrivait, la qualité du temps passé s’était trouvée accrue par l’attention portée. L’affût était un mode opératoire . Il fallait en faire un style de vie . » 

     

    Pas étonnée que ce livre ait été primé du « Prix Renaudot 2019 » il est éblouissant par la forme, le fond et le style !

     

     Je n’irai pas à la recherche de la panthère, mais je continuerai davantage encore d’observer le ciel et ses étoiles, la terre et ses trésors, les ruisseaux qui serpentent ma vie, et tous les hommes que je croise …

     

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    20 commentaires
  • S’en sont allées les années dix2020 …

     

    Le troisième millénaire fête ses vingt-ans !

     

    Faites donc des folies

     

    On n’a pas tous les jours vingt-ans …

    S’en sont allées les années dix

    Avec leurs lots d’événements

    Pas toujours gais, pas très cléments

    Pour des milliards de vie en péril

     

    Et quelques « abrutis » qui en jouissent

     

    S’en viennent les années vingt

     

    Verra t-on des espoirs poindre ?

     

    La folie des hommes avides s’éteindre ?

     

    La nature reprendre son règne ?

     

    Le bonheur à la vie s’adjoindre ?

     

     

    Tels sont mes vœux

    Pas très pieux, mais  généreux

    Pour que tous soient heureux ! 

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique