• Après le bras enchaîné qui ne pouvait rien faire, vient le bras libéré quiA BRAS GAGNANT ! ne sait plus rien faire … qu’il faut rééduquer !

    Trois longs mois passeront où se succèderont massages et exercices, donnant à chaque jour un peu plus de souplesse, un peu plus d’envergure …

    Mais vous avez deux bras, me dit la vie, et si en pareil cas, le gauche est amoindri, développez le droit et avancez !

    Le gauche un peu gêné se veut à la hauteur, et tente à souhait d’atteindre le sommet … C’est ainsi que pas à pas, les mains unies au même combat, se trouvent à l’unisson au service de la vie !

    Il n’est jamais bon de se plaindre, toujours sur le métier il faut remettre le travail, et sans vouloir courir, se servir du possible pour se réaliser …

     

     Ainsi dit le bras « ballant », qui demain sera gagnant !

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    22 commentaires
  • Vivre en Romain, plus que dans le monde des idées comme chez les SAGESSE    Michel OnfrayGrecs, s’épanouir dans le geste, celui de « magnifier la vie, pour en faire une œuvre d’art » ! (Taurus)

    À l’heure où nous sommes au sein de l’humanité, où tout se chamboule, nos modes de vie, nos politiques, nos démocraties si elles en sont, où vacillent nos certitudes comme une flamme en transe dans le vent, quelles sont nos opportunités de ré-encenser l’avenir ?

     

    Que serait donc que de vivre en Romain ?

    Rester droit, maîtriser ses affects, faire fi des douleurs, des chagrins, des colères et des peurs … Être vertueux, humain, grave et serein, simple de patience, doux dans l’accueil et la bienfaisance, magnanime et loyal … (Marc Aurèle)

     « De rerum natura » fameux poème de Lucrèce, lu en son temps et prêté à mon petit fils, Tybalt(11ans), qui le lira en temps (voulu par lui), fait sous la plume de M.Onfray, figure maîtresse de cette œuvre qu’est la Sagesse où tout est passé au peigne fin des âges qui se succèdent, qui parfois prennent leur essor et parfois s’en meurent …

    Sommes-nous en là ?

    L’inexorable temps, qui n’a de mesure que la nôtre, verra le monde à venir qui aura à choisir la philosophie de son temps .

     Quant à moi, ainsi que le disait Lucrèce : «  si la mort est là, je n’y suis plus ; si je suis là, c’est qu’elle n’y est pas encore ! Dans les deux cas, elle ne concerne pas mon présent ! »

     

    Alors, je vis et tout est bien !         

     

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  • Ils étaient là, à s’amuser au printemps de la vie, à gravir les sommets ILS ETAIENT TROIS , AU PETIT BOIS !d’un monde imaginaire, fait de bois endormis aux langueurs de l’hiver, pataugeant sans encombre sur ces feuilles crissant d’une longue agonie …

    Ils étaient là, et je me sentais revivre de les voir tous les trois réunis dans ce monde fait pour eux, vestige d’un temps passé, où l’homme n’a plus pied, mais qui leur offre tous loisirs à être des explorateurs  d’un destin à poursuivre …

     

    Sur les traces du passé à ne pas oublier, se jouer au présent du demain entamer !

     

    Merci à la vie de m’avoir donné ces deux fils, qui dans l’amour partagé m’ont comblée de ces trois petits bouts, charmants et charmeurs de cet inégalable bonheur, de les voir réunis tous les trois, au petit bois, d’où surgit le passé prometteur d’avenir !

    ILS ETAIENT TROIS , AU PETIT BOIS !

    ILS ETAIENT TROIS , AU PETIT BOIS !

    ILS ETAIENT TROIS , AU PETIT BOIS !

    ILS ETAIENT TROIS , AU PETIT BOIS !

     

     

    ILS ETAIENT TROIS , AU PETIT BOIS !

    ILS ETAIENT TROIS , AU PETIT BOIS !

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  • Il y a de cela longtemps, j’avais entrepris la lecture de ce « manifeste »MARX : LE CAPITAL laissé en suspend, ça ne devait pas être le « bon moment » …

    Et voilà que ces derniers jours, les phrases chocs de ce philosophe ont réussi à percer les membranes de mon cortex par osmose historique des événements contemporains …

    Me plongeant aux prémices de ce mécanisme social qui a grandit au point de se personnifier en agent fanatique de l’accumulation, dont le but est de produire pour produire, sans aucune raison sociale

     

    De la crise agricole anglaise ravageant les petits fermages à l’installation des industries terriennes, des colonies envahies par les colons devenus maîtres productifs, aux ressources abondantes qui alimentaient les comptoirs, du commerce voulu pour mieux écouler la surproduction en fonction des modes nourries par la technologie, sans aucun respect des hommes ni de leur travail, le capitalisme thésauriseur prenait racine …

    Et nous voilà à ce jour contraints et forcés à reprendre conscience de cette émancipation hors normes dont nous avons jouis et qui atteint ses limites …

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  • Malgré le bras au corps collé et caché, Philippe m’a emmenée voir le « SOIS BELGE ET TAIS-TOI »spectacle de l’année, au théâtre de Mons, nous avons passé la soirée !

     

    Et quelle soirée !

     

    Une troupe nouvelle, je veux dire aux acteurs rajeunis, accompagnait dans ces délires, satyres, humour-politique, ces deux « pères » de spectacles que sont Baudouin et son papa »

    « SOIS BELGE ET TAIS-TOI »

    Je râlais de ne pouvoir vous applaudir tant vous le méritiez, mais le bras valide battait sans bruit la cadence de toutes ces vérités si royalement exprimées !

    Quelle bande vous faite, à prendre figure en dérision tous ces gars là qui ne nous font plus rire … 

     

    Et nous avons ri de ces jeux de mots et de scènes, dansés et chantés pour mieux nous dérider cet horizon troublé d’un pays fait de Belges, « tant qu’il y en a « !

    MERCI à vous tous .

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique