• Elle tombe la neige

    Qui de blanc, pare la terre,

    Comme un nuageFLOCONS APRES FLOCONS

    Qui sécrase

    Tout en douceur  

    Pour mon bonheur !

    Hier déjà,

     

    La nuit sétait blanchie,

    Mais le matin,

    Nen voulait point  

    Qui par magie

    La transformait en pluie  

    Tiendra t-elle aujourdhui ?

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    28 commentaires
  •  

    Même en hiver, surtout peut-être en hiver, ces longues plages qui sétendent à linfini sur du sable durci où reposent tant de coquillages me font lhommage de maccueillir face à la mer !L’APPEL DE LA MER

    De France ou de Belgique, surtout à marée basse, leur profondeur me laisse des arpents à parcourir pour accéder aux mousses des flots qui tendrement, ou fougueusement selon le vent, à mes pieds viennent sépancher  

    Il y a en ce spectacle toute la force de vie du monde !

    Celle des espoirs de ces gens qui laffrontent pour tenter de trouver à leurs risques et périls des endroits propices à vivre une vie plus acceptable, celle des poètes qui y trouvent rythme et rimes, celle des musiciens dont les notes salignent sur la portée du vent pour en traduire lharmonie, celle des peintres qui inondent la toile de leurs fresques marines, celle des photographes qui en saisissent linstantané  

    Et la mienne, qui comme un besoin me vient en novembre pour me combler l’âme et le corps de ces instants précieux L’APPEL DE LA MER

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    16 commentaires
  •  

     QUAND L’ARGENT DETRÔNE DIEUX ET ROIS …

    Il y a désormais pire que les religions monothéistes en ce monde, il y a cet Argent-Roi, plus puissant que ne lont été les pires despotes depuis la nuit des temps !

    Vicieux comme pas deux, Il force à la fois le besoin, le rêve, la nécessité et la soumission  

    Sans Argent, plus de survie possible, il faut bien posséder ou louer par pièces trébuchantes le sol où celui qui fait son pain cultive son blé 

    Et chaque ouaille rêve den posséder assez pour pouvoir être à labri du besoin, bien avant de sengager dans les périples daventures qui nous sont proposés à longueur de slogans séduisants   

    La nécessité fait loi désormais, tout se paie, y compris lair que lon respire, par taxes interposées visant le CO2 que rejette notre expiration, grandir, séduquer, se loger, se soigner et mourir, tout a son prix !

    Insidieusement, nous nous sommes soumis au seul pouvoir de cet Argent-Roi, qui règne sur lentièreté de la planète usant selon lendroit des usages guerriers écologiques, religieux, culturels, pour mieux nous assouvir de notre plein gré, nous laissant lillusion à peine crédible dune quelconque liberté  

    Alors oui, nos jeunes sont dans Bruxelles comme des fous enragés à casser et à voler sans vergogne les biens durement acquis par leurs grands frères soumis aux Jobs, Jobs, Jobs  

    Ils ont peut-être tout simplement le désir d’être visibles dans ce monde aveuglé !

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    37 commentaires
  • Cétait un quatorze novembre, nous étions jeunes et beaux, et le destin sest mêlé de nos vies, tant, si bien, que se déroule encore sous nos pieds le tapis rouge  de lamour Nous étions en 1971 IL PLEUVAIT CE JOUR LA ! 

    Le temps nest pas toujours ennemi, qui parfois nous fait grandir des soucis de la vie, laissant sinstaller les projets et les rêves au cœur des jours qui se succèdent .

    Bien sûr, comme le dit Brel, il y eut des orages, mais qu’importe, le soleil a su monter si haut dans notre ciel, qu'il en chassât bien des nuages ...

     Et nous voilà devenus vieux tous les deux, aimant et amants tout comme aux premiers jours, à se soutenir quoi quil arrive, pour ne pas faire un ennemi du temps qui est et reste nôtre !

    Bon anniversaire de rencontre Philippe !

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    22 commentaires
  • À lheure où son service universel est menacé de toutes parts, risques  de privatisation et de « non utilisation »  par usages et modes de vie modernes   

    Quil est bon de trouver dans sa boîte aux lettres une enveloppe bleue,MERCI FACTEUR ! cernée de sceaux de cire, qui nous vient comme nous venaient hier des tas de missives marquant la sympathie entre humains  

    Le passé avait de ces charmes qui nous faisaient attendre le passage du facteur, afin de voir si nos amis vivant au loin, pensaient à nous au point de nous lécrire  

     

    Le présent a cet avantage de nous faire connaître des tas de personnes avec qui nous lions une amitié virtuelle, que peut-être nous ne verrons jamais, mais qui prennent place en nos vies de manière bien réelle  

    Il en est ainsi de Gabriel, de Josette, de Marie-Eve,  que jai rencontré pour de vrai, de Jo « ma râleuse » et de Marie,  en quête de «  bonheur du jour » qui toutes deux vivent à lautre bout de la France mais qui grâce au service du facteur, me sont devenues proches  

     La main se saisit d’un stylo, et sur le papier allonge la tendresse des mots, dans l’enveloppe choisie avec soin, l’épître se glisse enfin, qui ira à la boîte des tas d’autres, rejoindre … Tris et transport compris,  dans les mains du facteur elle parvient ... qui chez moi, a apporté immense joie !MERCI FACTEUR ! 

    Merci Marie .

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique