• UN JARDIN DE SABLE d’ EARL THOMPSON

    Conçu vite fait, dans un moment d’ivresse où l’amour pointe son nezUN JARDIN DE SABLE d’ EARL THOMPSON comme dans un rêve … américain … dans ce début du vingtième siècle au cœur du Kansas … Là-bas, le blé danse encore sous le soleil, bien nourri de la sueur des hommes, mais plus pour longtemps … le premier cri de Jack arraché au ventre de Wilma sa mère en sonnait le glas …

    Pour une miette de pain, les fermes furent laissées pour compte, chacun tenta  de trouver un essor nouveau là où plus rien ne poussait que la misère …

    C’est au-travers des yeux d’enfant que Jacky nous révèle son « jardin de sable » ses rêves, ses désirs, ses envies, ses besoins … quand tout va si mal  … qu’il est difficile de vivre   

     

    Tout en traversant l’Amérique à la recherche du « soleil », on descend aux entrailles de la terre où l’immonde côtoie le monde  … mais dans les yeux d’un enfant quand tous abandonnent, brille encore une lueur d’espoir …

     

    Dur, ce livre, mais à lire pour ramener un peu de raison dans ce monde qui va à vau l’eau …

    Ignore ton passé, tu souffriras l’avenir …

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 19 Février à 07:50

    Lecture sans doute difficile au travers d'un vécu mais il est bon de savoir que l'herbe peut être plus verte... ailleurs...

    Je note le titre.

    Bises du jour

    Mireille du sablon

      • Mercredi 19 Février à 07:54

        sans l'espoir de l'"espoir" comme il serait difficile de vivre  ... dans tous ciels encombrés de nuages, on cherche un coin de bleu ... 

        amitié Mireille .

    2
    Mercredi 19 Février à 08:01

    https://www.rtbf.be/auvio/detail_earl-thompson-un-jardin-de-sable?id=2298955

    voilà ce qu'en dit Gorian dans sa chronique sur Auvio 

    3
    papy philippe
    Mercredi 19 Février à 09:42

    Magnifique résumé!

     

    4
    Mercredi 19 Février à 11:20

    Je ne connais pas ce livre et je n'ai jamais lu cet auteur.... Ton résumé m'a donné envie d'en savoir plus... c'est noté!

    Merci Claude!

      • Mercredi 19 Février à 16:16

        prépare toi à être étonnée à chaque page ... les enfants sont désarçonnants souvent  ... c'est le premier livre de cet auteur paru en Amérique en 1970, traduit depuis peu (2018-19), du Zola américain selon moi,  le second "Tattoo" est réservé  ... dans celui-là Jack fêtera ses quinze ans ...

        amitié Maryline .

    5
    Mercredi 19 Février à 11:22

    et bien , en voilà un autre qui va s ajouter a ma pile de bouquins......un proverbe chinois due j 'aime particulièrement...."il n'est de nuage si noir qu'il ne soit bordé d'or""

      • Mercredi 19 Février à 16:20

        j'adopte ce proverbe, Jo, il correspond tellement à nos natures réalistes mais optimistes !

        prépare-toi après l'avoir lu à encore moins juger la nature des hommes ... c'est tellement dur de devenir "lui" en lisant ...

        amitié .

    6
    Mercredi 19 Février à 13:50
    Durgalola
    Je suis allée voir la bio de cet écrivain décédé avant 50 ans . Un sacré pavé dont tu as certainement bien marqué. Merci de nous le partager. Bises
    7
    Mercredi 19 Février à 13:51
    Durgalola
    Un sacré pavé qui t'a certainement bien marqué. Bises
      • Mercredi 19 Février à 16:27

        chaque mot te plonge au sein de ce coeur d'enfant, souffrant davantage de manque de reconnaissance que de misère  ... bien profonde pourtant ... il fait pourtant TOUT pour exister et faire vivre le réel dans cet inexistence  ...

        752 pages  ... qui te donnent envie d'aller vers : Tattoo (1974) - Caldo Largo 1976- The Devil to pay 1982  et peut-être de lire sa Nouvelle : The Header, the Rigger, the Captain (1970) 

        oui, ce roman est marquant  ...

        toute mon amitié Durgalola .

    8
    Mercredi 19 Février à 16:56
    Durgalola
    J'ai ri en lisant ton commentaire. Il y a 15 jours en circulant sur cette autoroute, nous avons été pris dans un carambolage. Heureusement juste pliage du capot. Et plus de peur que de mal. Les passagères des deux autres voitures, de bien gentilles personnes. Le ou la responsable a pris la poudre d'escampette...
    Bises
      • Jeudi 20 Février à 07:12

        "de bien gentilles personnes" ... peut-être pas d'assurance, ou derniers points sur un permis, ou juste pas l'envie d'affronter les faits ... qui sait ?

        n'empêche que  ... ouf toi, vous étiez sauves  ...

        amitié 

    9
    Betty....
    Mercredi 19 Février à 16:58

    Je lis c'est du "Zola américain " , je n'hésite pas , noté donc presque lu 

    Merci Claude , belle description d'une époque où les émotions de l'enfant et son bien être importait peu , comme en France 

    Amitié 

      • Jeudi 20 Février à 07:18

        c'est cette écriture de la misère où le "je" de l'enfant traverse tout le roman, à peine sait-il parler que nous allons avec sa description, ses sensations, vers les abîmes des sociétés oubliées ...

        Oui, vraiment je lisais du "possible Zola"  ... dans un monde qui va mal !

        bonne lecture Betty 

        amitié 

    10
    Jeudi 20 Février à 09:47
    daniel

    L'Amérique ce n'est pas toujours l'Eldorado !!

      • Jeudi 20 Février à 12:44

        Gorian, qui connaît mes goûts littéraires me choisit des textes à approfondir ... je me limitais aux Stephen King ... une toute autre approche de l'Amérique  avec ce genre de lecture ...

        nous sommes très loin du rêve américain ...

        amitié Daniel .

    11
    Vendredi 21 Février à 15:46

    Ignore ton passé, tu souffriras l’avenir …
    Pour moi ... tout est dit !
    Merci.
    Amitié.
    Nikole.

      • Samedi 22 Février à 16:26

        et les "Hommes" oublient si vite cependant ...

        amitié Nikole .

    12
    Lundi 24 Février à 10:49

    Bonjour Marie-Claude, belle présentation de ta récente lecture. Cela semble bien dur  cette chronique mais certainement enrichissante à lire.

    Merci pour ton gentil message reçu par le formulaire de contact du blog.

    Ca y est les commentaires sont restaurés et j'ai donc remonté mon dernieraticle  une présentation de toman auss.

    http://www.mirebalais.net/2020/02/j-ai-lu-pourquoi-les-hommes-fuient-de-erwan-larher.html

    Amitiés.i

      • Jeudi 27 Février à 16:07

        nous ne sommes pas toujours responsables des ennuis qui rendent difficiles l'accès à nos blogs mais avec un peu de patience tout finit par rentrer dans l'ordre !

        amitié Patrice 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :