• POUR INFORMATION : extrait DES NEWS du PS .

    POUR INFORMATION : extrait DES NEWS du PS .
    Elio Di Rupo : les pouvoirs publics belges doivent protéger les épargnants et sanctionner les aventuriers du capitalisme financier
    Le Présidium de l'Internationale socialiste s'est réuni le 28 septembre à New York, au siège des Nations Unies. Tant Elio Di Rupo, Vice Président de l'Internationale socialiste, que ses collègues du Présidium, considèrent que les épargnant ne peuvent pas être les perdants des jeux inconscients auxquels se sont livrés les financiers et autres acteurs du monde de la finance.

    À cet effet, l'État doit être aux cotés des épargnants et doit imposer de nouvelles règles au monde financier afin de mieux protéger les épargnants et les consommateurs.

    C'est à l'unanimité que les socialistes réunis à New York – dont plusieurs Présidents et Premiers ministres de leur pays – ont condamné le système financier et ont plaidé pour sa régulation stricte. Il faut, selon eux, interdire les produits financiers sophistiqués qui échappent au discernement des décideurs humains ou qui ne sont que spéculation. Ils ont aussi plaidé pour un retour de la finance à l'économie réelle, une économie qui doit ½uvrer à un développement durable et solidaire, qui doit produire des investissements et créer de l'emploi.

    Selon les socialistes du monde entier réunis aux Nations Unies, le système économique libéral a fonctionné "sans boussole morale". Le monde de la finance s'est servi lui-même au lieu de servir l'économie réelle. Pour les socialistes, nous assistons à "un changement d'époque" bien plus qu'à "une époque de changements", comme l'affirmaient les libéraux pour convaincre qu'il fallait s'adapter aux dérégulations de tout genre.

    "Le libéralisme financier a montré ses limites et a révélé toute sa cruauté à l'égard des citoyens" ont affirmé les leaders socialistes. Le système financier, souvent soutenu sans réserve par les responsables de droite et autres conservateurs, n'est plus crédible.

    Les leaders socialistes exigent des changements radicaux du fonctionnement du monde financier et de la moralité dans l'économie. "C'est le monde de la finance qui doit s'adapter aux exigences humaines et non les citoyens aux exigences des financiers", ont-ils insisté.

    L'Internationale socialiste recommande une réglementation plus claire de l'économie et un contrôle strict des systèmes financiers. Par ailleurs, ils demandent que les responsables de la débâcle et de la misère humaine qu'elle provoque soient identifiés, poursuivis en justice et sanctionnés.
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Franoise
    Mercredi 1er Octobre 2008 à 11:10
    Bonne nouvelle si les politiques ente-ouvrent les yeux,
    et discutent pour pour envisager d'agir.
    2
    Mercredi 1er Octobre 2008 à 22:53
    ce n'est pas gagné tu sais Franoise, la gauche et la droite n'ont pas nécessairement le même point de vue ...à nous de faire la différence en votant mieux !
    Amitiés .
    3
    sevy-yves
    Vendredi 3 Octobre 2008 à 16:19
    mmm, il est facile de dire que les responsables soient identifiés, poursuivis, et sanctionnés. Mais la pratique est toute autre.

    - comment les identifier? Il s'agit plus de la dérive d'un système, à commencer par le système monétaire et la création de la monnaie par les banques (plutôt que par l'Etat), que de responsables. On peut identifier comme premier responsable celui qui a créé la première banque centrale, en Angleterre, en 1690. Voir les viédos que j'ai mentionnées sur le blog de François Collette sur Le Monde. Je remets la principale ici:
    http://video.google.com/videoplay?docid=2717439213901961611
    C'est très instructif!

    - comment les poursuivre? Au nom de quel droit et législation. La nature du problème dépasse le cadre national.

    - comment les sanctionner? Même question: quel loi appliquer, à supposer qu'on puisse identifier une loi qui ait été violée quelque part.

    Cela ne veut pas dire qu'il ne faut rien faire, mais il est trop facile de lancer des phrases comem celles-là, qui plaisent et qui ne mènent à rien. Pensons plutôt à repenser la manière dont nos économies et finances tournent, comment garantir un développement durable et qui ne repose pas sur une consommation à outrance des ressources de la terre. En particulier, il nous faut une réforme du système monétaire, voire du rôle des banques.
    4
    Samedi 4 Octobre 2008 à 00:24
    les vidéos sont sincèrement très éducatives ... Il n'empêche qu'emporté par la déraison le système a scié la branche qui le soutenait, qu'il faut trouver un moyen nouveau plus équitable ayant le souci de tous les hommes . Ce capitalisme là se nourrissait de la détresse et doit mourir ... N'allez pas imaginer que je sois contre l'économie, elle est nécessaire pour la création des richesses, je l'aimerais simplement plus respectueuse de la sueur de ceux qui bien que petits y participent ...
    Amitiés Sévy-Yves .
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :