• PHILIPPE AIMERAIT ...

    PHILIPPE AIMERAIT …
    Mon Philippe à moi, mon tendre, mon doux amour aimerait bien nous offrir de temps en temps des week-end prolongés en France, histoire de me faire partager des endroits qu'il a connu jadis avec ses parents lors des villégiatures de vacance ...Il scrute le net, redécouvre des hôtels, des sites ... De ses souvenirs surgissent des anecdotes qu'il me fait partager, et nous sommes là devant l'écran à élaborer nos plans pour telle ou telle période, à rêver déjà de promenades, d'escapades, allant de ses réminiscences vers la concrétisation de notre avenir, ne sommes-nous pas redevenus des tourtereaux en puissance ? Nous découvrons les chambres, les menus, les prix, nous optons pour certains, pour peu qu'il y ait de l'eau, avec lui, j'irais n'importe où ! Sauf que lui et moi sommes fumeurs ... Voilà le hic, le train qui nous y emmènerait : non fumeur, les hôtels susceptibles de nous accueillir aussi, les restaurants interdits de tabac ... Dilemme, nous aimons lui et moi discuter enveloppés de volutes bleues, prendre le temps entre les plats d'un menu gastronomique de poser le couvert pour nous lancer dans des diatribes qu'elles soient vaines ou non, c'est un jeu en quelque sorte que nous pratiquons depuis toujours, je nous vois mal quitter le restaurant pour aller la dernière fourchette avalée, tirer une bouffée de nicotine au–dehors ... Alors après avoir bien rêvé, nous tombons en commun accord sur la seule solution possible : rester chez-nous, et jouir sans frais de ce que nous aimons, un bon petit plat concocté maison, dans l'ambiance amoureuse de la vie sans interdit que nous désirons ...
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Marc
    Vendredi 12 Octobre 2007 à 22:30
    Je comprends ton addiction mais quel soulagement pour nous, non fumeurs, que tant d'endroits nous soient aujourd'hui accessibles. Je me rappelle certains soirs en montagne où nous n'avons pu entrer dans le restaurant tellement la fumée était dense... Ils s'en fichaient, les fumeurs, que nous restions dehors, dans la neige de l'Engadine, le ventre vide...

    Hello Marie-Claude, bon WE!
    2
    Brigitte
    Vendredi 12 Octobre 2007 à 22:56
    Qu'est-ce que votre "vie sans interdit", si ce n'est pas indiscret ?

    http://saveur-tendresse.over-blog.org/
    3
    Vendredi 12 Octobre 2007 à 23:12
    salut Marc, bon week-end à toi aussi, si on remonte loin dans le temps, le monde des fumeurs était masculin, les femmes et les enfants ont survécu ... j'admets volontiers que quand les femmes s'y sont mises, ce fut trop ...
    Mais aujourd'hui, on aurait pu laisser le choix, des wagons fumeurs, des restaurants fumeurs etc ... jouxtant des endroits pour non fumeur ...au choix ! :) Il est cependant plein de fois où par solidarité, je m'abstiens de fumer .

    Coucou, Brigitte, quand je dis sans interdit, c'est ...lui et moi tout permis !
    amitiés
    4
    marilou
    Samedi 13 Octobre 2007 à 21:13
    Bonjour Marie-claude,
    Je pense qu'en cherchant bien vous trouveriez en France des endroits ou encore tout n'est pas interdit, dans des tables ou chambres d'hôtes, ou dans des gites à la ferme, ou les jours de grands soleil, pourquoi pas un pique-nique dans un pré au bord d'une rivière,,
    Je t'embrasse en te disant que le plus important c'est que vous soyez un couple heureux
    marilou
    5
    Lagunedune
    Samedi 13 Octobre 2007 à 21:25
    Oh Marie-Claude :( que je suis triste:(((( vous vous trouvez heureux comme ça, je le comprends, mais ce tabac... combien d'années, combien de cigarettes par jour... l'éternel "faut bien mourir de quelque chose" je l'ai tellement entendu, sauf que quand ça arrive, c'est toujours trop tôt, toujours trop moche, et puis en plus, ça peut ne pas arriver d'un coup sans souffrir. La canule dans la pomme d'Adam, parler avec une voix qui vient d'éructations gastriques (et pour une femme, passer de la charmante voix rauque à ça, c'est horrible), marcher avec une prothèse pour amputation sur cuisse...je ne parle pas de l'enfer des mois de rééducation pour tout ça.... toutes ces affreuses complications qui sont bien plus terribles à vivre que de mourir du cancer du poumon en trois mois... On ne survit pas à ce cancer-là, lorsqu'il est diagnostiqué, cela fait au moins 8ans qu'il pousse en cachette et il explose en plein jour quand on ne peut plus rien tenter d'efficace, juste du palliatif comme on dit. Je ne suis pas moralisatrice là ;) J'ai vu à chaque fois, tellement de souffrance physique et morale, surtout morale, tellement que c'est encore un prétexte pour ne pas s'arrêter. J'ai vu des gens découpés en petits morceaux: à la moitié du pied, puis à la cheville, puis quelques mois plus tard mi-tibia, puis sous le genou, et finalement quasiment à la hanche, et pendant tout ce temps, on n'arrête pas de fumer, car c'est le seul plaisir qui reste, "et puis pour maintenant, qu'est ce que vous voulez que ça me fasse!" Tant pis pour les enfants, les petits-enfants, les arrières petits enfants... est ce que ça vaut vraiment le coup de se priver d'hôtels et de virées, peut-être, mais de tous les Noëls en famille?... La plupart du temps, quand il est trop tard, "on savait pas", "on pensait pas que ça nous arriverait comme ça, à nous".... Les crachats du matin, les quintes de toux en plein concert, la grosse bronchite carabinée de l'hiver, on s'y fait, mais le reste on n'y pense jamais... parce que les infos médicales ne parlent que du cancer du poumon, et finalement comme on est presque certain de tous mourir d'un cancer de quelque chose, alors! mais le cancer de la langue (quand il faut vivre sans langue, ou avec une moitié...) celui du pharynx (quand on n'entendra plus jamais le son de sa voix), la coronopathie, l'infarctus, l'artériopathie des membres inférieurs qui conduit au saucissonnage... ???? "c'est quoi que ça ces crampes quand je marche Docteur? maintenant quand je reviens de chercher du pain, faut que j'm'arrête une minute avant de pouvoir repartir!" et puis un jour comme c'est le fauteuil roulant qui remplace les jambes, on n'y va plus, et on fume en regardant par la fenêtre dans un nuage bleu, le jour brumeux... et on se dit que la vie est une p... de vacherie de rue parce qu'on peut jamais la remonter ...

    avec toute mon amitié ;)
    6
    marilou
    Samedi 13 Octobre 2007 à 21:50
    rebosoir MArie-Claude,
    Merci pour la recette de petits gâteaux, c'est OK je me mets au travail, ils seront prêts quand tu arriveras
    Grosses bises
    marilou
    7
    Samedi 13 Octobre 2007 à 23:07
    tu as raison Marilou, en cherchant bien, dans certains hôtels, les chambres jouissent encore de cette possibilité, dans certains gîtes aussi . Dis-moi, ces biscuits, pas mauvais n'est-ce-pas ?
    Lagunedune, tu t'es surpassée, tout ce que tu m'écris afin de me protéger malgré moi, cela fait des lustres que je l'entends, mon papa qui avait arrêté de fumer la pipe, mort à 89 ans, ma maman qui vit encore à 90 ans, mes enfants qui ne fument pas, mes amis etc ... mais rien n'y fera, je fume depuis mes 13 ans, j'aime fumer, et je pète encore de santé, je ne tousse pas, je ne crache pas, j'ai du souffle à vous laisser sur place quand je démarre, mais surtout, je refuse de vivre dans l'idée de la maladie, chaque matin, je me réveille sur une journée à VIVRE, et je m'abandonne pleinement à cette journée qui pourrait être l'unique de cette vie que j'aime ... quand vient le soir, je suis heureuse et je me dis en m'endormant : demain un autre jour !
    amitiés
    8
    M.H.D
    Dimanche 14 Octobre 2007 à 23:05
    Je vous invite à venir découvrir le Jura en cette saison.

    Bien à vous,
    M.H.D

    http://belhumaniste.com
    9
    lagunedune
    Mardi 16 Octobre 2007 à 14:11
    que ça t'accompagne encore longtemps...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :