• LE DEBAT GAUCHE- DROITE

    LE DEBAT GAUCHE- DROITE
    Est plus que jamais d'actualité ! Au lendemain du vote français donnant le pouvoir sur un plateau doré à la droite, notre Sarkozy à la belge à saisi son nettoyeur à haute puissance et lance son jet sur la gauche tous azimuts ! Chez nous, en Wallonie, la campagne électorale servant à élire des mandataires fédéraux, tourne quasi essentiellement autour de l'histoire d'une ville Charleroi pour la citer ! Cette région, jadis cotée industrielle, a connu ses moments de gloire, pourvoyant économiquement à l'essor du pays jusqu'au jour où le déclin des grosses entreprises dirigées par des libéraux a plongé le pays noir dans la misère, les riches ayant préféré aller gagner leur fortune sous d'autres cieux ... Les petites gens d'alors ont bien compris que leur avenir était à gauche ! depuis 30 ans ils accordent leur confiance à ceux qui les ont aidés au quotidien ... Le pouvoir détenu si longtemps par la seule famille socialiste en aurait corrompu certains ! plainte fut déposée auprès de la justice par les libéraux à la veille du scrutin des communales, la justice fait son travail, inculpe, trie les dossiers, sème le trouble mais accomplit son job en toute liberté, comme le veut la constitution belge : séparation des pouvoirs ! J'ai connu cette ville quand elle était sale, qu'elle sentait mauvais, que des nuages nauséabonds la recouvraient, qu'il faisait malsain d'y vivre tant le champ industriel de l'époque ignorait ou voulait ignorer les conséquences de ses pollutions . C'était il y a plus de trente ans ... Je la connais aujourd'hui, rénovée de ses piétonniers, embellie de ses plantations, de ses terrils verdis au fil des ans, je la vois vivre animée de ses commerces, de sa culture, Charleroi danse ... Malgré les affaires, les électeurs ont encore aux communales accordé leur confiance au parti socialiste, les hommes changent, s'amendent, font de leur mieux pour assainir la gouvernance, mais les libéraux profitent de ce nouveau scrutin pour réamorcer la mèche, de nouveau ils portent plainte auprès de la justice pour tout et pour rien, justice qui semble jouer leur jeu, et à deux jours des élections rue dans les brancards inculpant à tour de bras ... A tort ou a raison, nul ne sait inculpé n'est pas nécessairement coupable ! Mais à nouveau le trouble règne et l'électeur se trouve bien perplexe ! Et si à force de jeter la cruche à l'eau, elle se brisait, qu'écoeurées par les attaques de sous la ceinture des libéraux, les forces vives de Charleroi se remettaient à voter à gauche, toute barre à gauche ...Quelle leçon se serait !
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Chris
    Vendredi 8 Juin 2007 à 18:32
    La culture du clivage n’est qu’une illusion savamment entretenue par des pseudo-débats servant à nourrir la crédulité du peuple, mais aussi, par de vrais acteurs qui se retrouvent sur les mêmes rangs, de la même chapelle, pour répéter leurs idéaux …
    Bonne soirée Amie
    2
    Brigitte
    Vendredi 8 Juin 2007 à 21:57
    Un petit coucou en passant, Marie-Claude, et merci pour chacun de tes passages - fort appréciés - chez moi.

    PS : je ne peux pas donner mon avis sur ta note car je vis en France ! :-)
    3
    Genseric
    Lundi 11 Juin 2007 à 19:14
    Non, le clivage gauche-droite n'est pas une illusion... En fait, on parlerait de caricature, mais ce n'est que la réalité. Il y a d'un côté une politique coûteuse, à perte, qui est celle de la solidarité, du progrès pour tous, de l'assistance des plus démunis sans oublier l'épanouissement de tous. C'est la gauche. Il y a de l'autre une politique menée par quelques uns à l'encontre du plus grand nombre, favorisant la réussite de rares "élus", dédaigneuse des droits fondamentaux des hommes et conservatrice. C'est la droite. Mais il y a aussi une réalité à assumer au quotidien, qui ne permet pas à toutes les tendances de s'exprimer une fois au gouvernement. De nos jours, diriger, c'est gérer. Pas imposer.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :