• L'EUTHANASIE .

    L’EUTHANASIE .
    Thanatos, la mort est affaire de vie, de choix de vie devrais-je dire !
    Eu, préfixe grec signifiant bien ...
    L'euthanasie sous-entend le choix de bien mourir quand on ne peut plus bien vivre !
    Deux pays, les Pays-Bas et la Belgique ont il y a sept ans déjà légalisé le fait que des personnes puissent quand la vie ne leur offre plus les qualités requises demander médicalement la mort !
    Le Grand-Duché vient à son tour de l'inscrire dans son livre de lois : « n'est pas sanctionné pénalement et ne peut donner lieu à une action civile en dommage et intérêts le fait par un médecin de répondre à une demande d'euthanasie ou assistance au suicide », publié mardi au journal officiel luxembourgeois .
    Nous ne sommes que trois pays de par le monde, pourtant la question fait débat un peu partout, beaucoup se cachent derrière des principes religieux, ce fut le cas de Baudouin 1er qui refusa de voter la loi, alors que la Constitution belge l'y engageait, il fallut le placer en incapacité de gouverner le temps que le gouvernement prenne ses responsabilités .
    Les Pays-Bas sont depuis longtemps à la pointe des pensées humanistes et ne suscitent pas autant de présupposés .
    Ce ne fut pas facile au Grand-Duché, l'opposition du chef de l'état refusant de voter au nom de ses principes religieux a induit le parlement à modifier la Constitution en réduisant les pouvoirs du Grand-Duc .
    Dans ce cas la loi permet mais n'oblige pas, tout comme l'avortement libre à chacun d'y avoir recours ...
    Quant aux abus, avouons qu'ils ne nécessitent pas de lois pour être !
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Genseric
    Mercredi 18 Mars 2009 à 11:18
    L'opposition à l'euthanasie est de deux ordres. La première, inacceptable, est religieuse. Elle provient du fait que, dans la plupart des religions, les dieux donnent la vie et que le suicide ou le meurtre sont considérés à égalité comme une tentative de défaire l'oeuvre divine. Pour rappel, l'euthanasie n'est ni un meurtre, ni un suicide. Il s'agit du souhait exprimé sciemment par une personne qui souffre de mettre un terme à ses souffrances. L'accompagnement médical de l'euthanasie permet justement de conserver sa dignitié et d'éviter les procédés clandestins nettement plus risqués et illégaux. La seconde, plus concevable, souhaite empêcher les dérives de personnes souhaitant se débarrasser de leurs aînés pour quelque raison que ce soit. Dans les deux cas, je pense que les lois édictées dans les pays que tu cites sont bien faites à ce sujet et que les précautions d'usage ont été prises. Reste donc, une fois de plus, le problème religieux, rétrograde et récurrent...
    2
    ANCOLIE
    Mercredi 18 Mars 2009 à 12:16
    EROS et THANATOS ....(je sais pas pour l'orthographe , étant dis orthographique , excuse aux sucéptibilités bien légitmes des puristes) .... Mais , ce que je veux dire , c'est ce lien que l'humanité s'efforce de penser depuis des siécles , entre l'amour et la mort .... En français il existe même une homophonie approximative entre l'amour et la mort ....
    Voilà cette question ! .... Et , n'en déplaise à Censeric , d'en certaines religions , la mort est aussi pensée comme une deuxiéme naissance . Donc (reflexion tres personnelle , je le dis !) S'il peut exister une necessité urgente d'aide à la premiére naissance ....
    JE PENSE (c'est moi qui dis celà , et moi seule) qu'il peux aussi exister une necessité urgente d'aide à cette deuxiéme naissance ....
    Voilà MON point de vue ........Je sais pas si je me suis bien exprimée .... mais j'ai essayée ....
    3
    Genseric
    Mercredi 18 Mars 2009 à 13:17
    @ Ancolie : il ne m'en déplaît pas, Ancolie. J'ai bien écrit "dans la plupart des religions", pas "dans toutes les religions".
    4
    ANCOLIE
    Mercredi 18 Mars 2009 à 13:45
    NO PROBLEMO ! .... Censeric ! .... Bon , j'ai surtout exprimée mon point de vue .... Qui n'est pas représentatif d'une religion quelle qu'elle soit ..... Bien sûr , c'est un point de vue d'une croyante .... mais , je crois à ma façon , et je me garderais bien de tout prosélitisme .... Voilà .... évidemment je ne saurais que dire de plus . Si je n'ai déjà pas trops dit de bêtises , ce n'est déjà pas si mal .......
    5
    Mercredi 18 Mars 2009 à 17:11
    Nous voyons bien Genseric que les deux pays sur les trois ayant pour monarque un adepte de la religion catholique ont eu du mal à faire comprendre à ceux-ci qu'une loi débattue à tous les niveaux du pouvoir politique se devait d'être enterrinée ...
    6
    Mercredi 18 Mars 2009 à 17:14
    Pour moi Ancolie, l'euthanasie n'est en rien l'amour de la mort, mais par amour de la vie "digne", on peut vouloir la mort ...
    7
    ANCOLIE
    Mercredi 18 Mars 2009 à 18:10
    Je ne vois pas en quoi j'ai parlé d'amour de la mort .
    8
    ANCOLIE
    Mercredi 18 Mars 2009 à 18:39
    à aucun moment je n'ai parlée d'amour de la mort . Je dis que pour moi ,il y a un lien évident entre l'amour et la mort ....
    Et ce lien apparait encore plus flagrant dans l'euthanasie .... Et je pense que le lien entre l'amour et la mort est à l'origine du sentiment religieux . Le deuil innévitable . L'égalité dans la mort . L'emphatie avec ceux qui sont en deuil . Les séremonies autour de la mort .... L'amour qui dure qui perciste ... Voilà pour moi l'origine des sentiments religieux chez les humains ... Et celà depuis la préhistoire ... Les hommes de néhandertal ensevelissaient leur morts , et celà est un signe de civilisation . Voilà un exemple de liens entre l'amour et la mort .
    9
    ANCOLIE
    Jeudi 19 Mars 2009 à 08:43
    Pour moi , l'euthanasie , qui n'est pas un suicide assisté , ne peut être qu'un acte d'amour ....
    Encadrée par l'aide médicale indispensable évidemment ....
    Mais , pour moi , c'est à l'évidence un acte d'amour ....
    Pour moi qui suis croyante , le lien entre la premiére naissance qui est la venue au monde , et la deuxiéme naissance qui est le passage par la mort , ce lien est évident . Dans les deux cas il sagit d'un acte d'amour . Et dans les deux cas , une assistance médicale peut etre indispensable à ces passages . Voilà comment je comprend l'euthanasie .
    En aucun cas je n'ai pensée "amour de la mort" ..... Voilà .
    10
    Farfadet Patrice
    Jeudi 19 Mars 2009 à 10:24
    Naissance et Mort sont un passage du Seuil entre monde Spirituel et monde Physique Terrestre .
    Naître et donc apparaître dans l'un c'est mourir et donc disparaître dans l'autre et vice-versa ...
    Tout au cours de l'existence terrestre il y a ce "fil d'Ariane" qui fait le lien entre ces deux mondes ... Pendant le sommeil nous pénétrons le monde spirituel et ce fil d'Ariane" maintient le corps en vie ...
    Même situation lors de comas ...
    Pour vraiment répondre au sujet de la légalité de l'euthanasie il faut savoir ce qu'il en est d'un point de vue spirituel et pas seulement que du point de vue temporel...
    Bien souvent l'euthanasie pratiquée soulage la famille autour du patient plus que le patient lui-même ... ne soyons pas hypocrite...
    Mais bon, il est des cas vraiment pénibles ou de grandes souffrances sont endurées par le patient et par son entourage ...On peut comprendre l'acte comme l'aboutissement d'une situation intenable ...
    La vie maintenue artificielement ... c'est encore autre chose et plus du ressort du médecin traitant face à sa conscience et sa déontologie .
    Si souffrir, à priori est vain , l'euthanasie ne doit pas être une solution de "confort" pour la famille du patient ...

    NB : pour moi il y a une grande différence entre spiritualité ( états de faits spirituels ) et religions ( Institutions humaines voués à la spiritualité)

    Marie-Claude encore un sujet "chaud bouillant" qui va susciter bien des commentaires .
    Bravo pour nous lancer dans des discussions intéressantes et touchant à la nature humaine ( physique et .. spirituelle ) ;)

    Bises des farfadets
    11
    ANCOLIE
    Jeudi 19 Mars 2009 à 12:24
    Je ne suis pas daccord avec Farfadet , pour dire que souffrir soit vain ; ni pour dire que souffrir soit utile .....
    Pour moi , celà regarde UNIQUEMENT la personne qui souffre . Personne d'autre n'a le droit de lui dire : "ta souffrance est vaine!" ou inversement : "ta souffrance est utile!"..... La personne souffrante , même entourée de toute l'affection possible , est la seule a savoir ce qu'elle souffre . Le cas des comas qui durent des années est different évidement ....
    IL serait également possible d'évoquer le risque d'un malthusianisme social , qui , au nom de l'interet colléctif , produit les pires idéologies totalitaires génocidaire dans les cas les plus immondes .... Donc , il est , selon moi necessaire de légiferrer sur de tels problémes . Mais , je ne sais pas si j'ai raison de penser celà .
    Quand à mon point de vue religieux ; je le maintiend ....Pour moi , la mort est une seconde naissance , qui , en tant que telle , peut donc (comme la premiere naissance) nécessité une aide au passage . Mais celà m'appartiend en propre .
    12
    Farfadet Patrice
    Jeudi 19 Mars 2009 à 19:25
    Bonsoir Ancolie
    Quand j'écris, : " à priori souffrir est vain" cela sous-entend que la souffrance peut nus paraitre inutile. D'une façon générale. D'emblé, on n'en perçoit pas la nécessité qu'elle soit d'ordre physique ou morale ... Pourtant la souffrance fait partie de la vie , on peut la rapprocher de prise de conscience . Bien souvent les maux organiques liés à un dysfonctionnement nous permettent de sentir cette partie , cet organe passagèrement mal en point ( douleurs)
    Du point de vie psychique , une souffrance nous permet de prendre conscience de ce qui nous affecte et des conséquences que cela entraîne , de la portée de nos agissements u de ceux des autres à notre encontre ou bien d'évènements pénibles à vivre .
    Heureusement que nous ne sommes pas insensibles ou indifférents à ce qui se passe en nous et autour de nous .
    Parfois nous "grandissons" dans la douleur . Nous ne progressons vraiment qu'en venant à bout des difficultés , et parfoi, surmonter une maladie, nous fait humainement progresser , ( Maladies de l'enfance comme des paliers d'évolutions...)
    Ce n'est pas une raison pour rechercher la souffrance et se faire violence ... Ce serait du masochisme ....
    La vie se charge de nous présenter des épreuves , celles qui nous reviennent ...
    Mais cela est un tut autre propos ...
    Il est vrai qu'on ne peut parler d'euthanasie sans évoquer ce qu'est la souffrance ...
    Il serait intéressant de réfléchir aussi sur ce thème
    Bien le bonsoir à Vous Tou(te)s
    Bises des farfadets
    13
    Jeudi 19 Mars 2009 à 22:58
    effectivement Ancolie, tu ne dis pas que tu aimes la mort , tu rapproches deux mots qui ont évoqué en moi l'idée que l'on pouvait aimer la mort ... et ce n'est pas plus mon cas que le tien .
    14
    Jeudi 19 Mars 2009 à 23:07
    je doute un peu qu'une forme de religion quelconque soit conséquence de la mortalité, l'homme des débuts Ancolie, a pris conscience de sa vie et aurait aimé rejeter l'idée même de mort pour lui et ceux qu'il aimait, la donnant comme punition à ceux qu'il ne pouvait supporter ... se créant de toute pièce un potentiel de survie par des passages dans un autre espace probable ... naissance peut-être d'un POUVOIR sur les autres, d'une doctrine qui a soumis les plus faibles ... une politique tout au plus ?
    15
    Jeudi 19 Mars 2009 à 23:16
    Une histoire vraie Patrice, triste mais vraie ...
    Mon oncle âgé de 86 ans allait de mal en pire, après une vie de labeur mélangée de petits bonheurs, encadré d'une famille aimante, il ne supportait plus ses passages fréquents à l'hôpital où à chaque fois on lui apprenait la déchéance de ce corps qui pourtant lui avait permis tant d'efforts, il a rassemblé tout son courage et s'est pendu ! il aurait pu demander une "mort" digne médicalement assistée ... la foi de sa famille, sa bienveillance à le vouloir faire vivre encore et encore, ont eu raison de son silence pas de son courage ! c'était il y a deux mois .
    16
    Jeudi 19 Mars 2009 à 23:22
    Hugo Claus, cinéaste belge apprend qu'il est atteint de la maladie d'Alzheimer, toujours très lucide Ancolie et pas encore souffrant, il fait l'analyse objective que vivre sans sa raison n'est plus vivre pour lui, il demande l'assistance d'une mort médicalement programmée et l'obtient . Comme tu le dis, chaque cas est un cas personnel, et personne n'est en droit de juger ! l'important c'est que la loi permette l'aide demandée sans risque de poursuites .
    17
    Jeudi 19 Mars 2009 à 23:29
    Quand un enfant se brûle, il apprend à se méfier du feu ... quand on abuse de chocolat et que le foie déborde, on apprend à se modérer .... toutes ces souffrances là, aident à grandir, je te rejoins Patrice . C'est plutôt quand l'espoir vient à manquer, que la mort apparait comme salvatrice, quand les raisons de vivre ne sont plus, reste l'appel de la mort ...l'idée de souffrance est elle aussi affaire de personne .
    amitiés à la famille
    18
    ANCOLIE
    Vendredi 20 Mars 2009 à 10:05
    Personnellement, je ne perçois la mort ni comme une malediction ni comme une maladie ni comme un chatiement .....
    Ce que je voulais dire c'est qu'il n'existe pas d'égalité à la naissance , certains naissent riches , d'autres naissent pauvres , certains beaux , d'autres laids et difformes .... L'inegalité dans la vie commence dés la naissance . Mais , tous sont égaux dans la mort ! ...
    Les peintre anciens exprimaient cette idée en peignant les dances macabres où tous , à égalité riches pauvres vieux jeunes hommes femmes , dansaient en squelettes se tenant la main . De cette égalité dans la mort , vient aussi l'idée d'égalité dans le deuil de ceux qui restent . La compassion est alors partagable entre tous , quelque soit chaque condition . La conscience du disparu perdure également chez ceux qui restent et vit en eux ... D'où (à mon avis ) l'émmérgence en la conscience humaine , d'une idée de la vie au delà de la mort : puisque le disparu perdure en "moi", alors peut-etre vit il aussi ailleurs , en cet ailleurs que je sens en "moi" mais qui est au delà de "moi" puisqu'il appartiend au disparru . Voilà pourquoi je dis que L'IDEE de la religion (la grande idée au sens de générale) est apparue (à mon humble avis) par la mort . Et par la mort partagée par le deuil colléctif . Ce que je dis là j'y vois aussi une preuve sociale dans les ceremonies d'innumation , qui sont , selon les anthropologues , le signe évident avec l'art ' de l'émmergence des civilisations . Voilà .... J'ai éssayée d'expliquer le mieux possible .
    19
    ANCOLIE
    Vendredi 20 Mars 2009 à 10:21
    Toi , Marie Claude , tu ne veux voir dans les religions que DOMINATION . Moi j'y vois le partage , la relation : ce qui relie : la religion . Qui ,selon moi , apparait avec le plus de force par le tragique *qui touche chaque être humain . Ce tragique partagé par tous , et qui relie alors chacun à chaque autre dans la conscience de l'innévitable deuil . J'y vois aussi la premiere prise de conscience d'une égalité AU DELA de la vie materielle , conscience religieuse qui ,selon moi , a évoluée à travers le temps et l'histoire , en une idée d'une égalité fondamentale DANS LA VIE et POUR LA VIE . Voilà ce que je trouve dans la religion et l'histoire des religions .
    *p.s : par la mort à tavers la mort , mais vers la vie au delà et puis aussi ici et maintenant ...Pour moi , l'idée de démocratie est donc une évolution logique de la conscience religieuse ....Par l'emphatie et l'égalité du lien religieux (comme j'ai essayée de t'expliquer) ....Voilà .
    20
    Farfadet Patrice
    Vendredi 20 Mars 2009 à 11:38
    Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu écris, Ancolie disant que la mort n’est pas une malédiction ni un châtiment … Elle est même une nécessité…
    Oui Sans mort, pas de « Re Naissance »… (Voir le cycle des saisons )…
    - Naissance et inégalités des sorts : oui … et comprendre pourquoi ces apparentes injustices…
    - Mort et égalité des sorts : forcément puisque nous sommes tous concernés par cette fin inéluctable …

    Face à cette polarité intervient le Destin et l’accomplissement de celui-ci pour chacun de nous.

    Nous sommes les auteurs de notre propre destin et, pire, nos choix, nos décisions et nos actes s’ensuivent de conséquences pour nous-mêmes, nos semblables autour de nous, et notre environnement. Avant de faire référence aux lois karmiques, je mentionnerai en priorité cette loi des « causes à effets » : Quoi que l’on fasse, le moindre de nos actes a ses conséquences sur notre environnement et par « ricochet » sur nous … Plus encore, nos pensées aussi sont agissantes en ce sens, de mêmes nos sentiments …

    Oui les religions sont une aide pour établir le lien entre le monde spirituel et le monde matériel (Religare)

    Nier l’existence d’un monde spirituel , revient à nier l’humain dans l’homme …

    Ne se percevoir que comme un être apparu de façon hasardeuse en ce bas monde pour y mener une existence éphémère qui n’aura aucune suite, c’est ne pas percevoir en soi cette entité , cette goutte spirituel qui d’un passé nous mène à un futur via le présent …

    Il ne suffit de vouloir perdure et vivre une autre existence pour le plaisr de vivre seulement mais plutôt de comprendre que les actes, les pensées , les sentiments accomplis et vécus pendant une existence agissent sur tout l’Univers et que ça a ses conséquences , qui nous sont restituées en retour … Les entrevoyant, nous y voyons l’impérieuse nécessité de réparer ou de poursuivre notre action dans ce monde ici-bas en lien avec le monde d’en haut …

    De tout ceci, il ne peut s’agir d’une croyance mais d’une perception de la réalité spirituelle à la base de toute forme de Vie et d’évolution.
    21
    ANCOLIE
    Vendredi 20 Mars 2009 à 12:23
    Farfadet , j'ai lue ton écrit . Je ne crois pas en des lois karmiques .... Mais je crainds que celà ne nous entraine dans une discussion qui tournerait à la scholastique .... Pour simplifier : je crois en la GRATUITE absolue des dons divins . Donc je ne crois en aucun chatiement divin . Je crois également que la justice (au sens juridique du therme ) n'appartiend qu'aux humains .
    La justice au sens moral , c'est pour moi , déjà un autre débat ....
    22
    Farfadet Patrice
    Vendredi 20 Mars 2009 à 12:37
    Pour en revenir au sujet il en demeure aussi , l'accompagnement des personnes en fin de vie , c'est bien sûr un véritable acte d'Amour qui doit présider cet accompagnement . Cela tus l'as déjà très justement évoqué Ancolie ...
    Ancolie,avant que de parler de lois karmiques, j'ai cité celle de Cause à Effet ...
    Rien et Nul n'y échappent , elle prévaut en ce monde et aussi dans l'Autre et surtout entre ce monde physique terrestre et le monde spirituel ...
    C'est en cela que nous, les humains devant devnir des êtres conséquents responsables et donc autonomes ... même aux" yeux" des êtres spirituels hors de ce champs du monde matériel ...
    23
    ANCOLIE
    Vendredi 20 Mars 2009 à 13:02
    Le principe de causalité ne signifie pas qu'il existe une relation directe entre une cause déterminée et un effet déterminé ....
    Mais , là , c'est de la physique . Et une fois de plus , la discussion risque de s'égarrer assez vite en argument et contre argument ....
    Déjà , le concepte même de loi est discutable pendant des heures des jours des années des siécles .... Par exemple : je ne crois pas qu'il existe de loi de la nature .... Dit comme celà , mes propos semblent aller à l'encontre du sens commun ... IL faudrait donc que j'explique ce que je veux dire pendant X temps .... Et encore ... je ne suis même pas sure d'y parvenir . Et , si j'y parviend , je ne sais pas si je serai comprise .... Alors .....
    24
    Farfadet Patrice
    Vendredi 20 Mars 2009 à 15:50
    Ancolie, permettez, il ne peut, ici, s'agir de croyance ...
    Pour cette "loi" de cause à effet voici un exemple tout simple :
    je casse une branche d'arbre ... quelle qu'en soient les raisons , cette acte dont je suis la cause ( ou à l'origine , le provoquant à tort ou à raison qu'importe...) aura déjà ses effets sur l'arbre ...
    On est bien d'accord !....
    Il en va de même pour tout ce que nous accomplissons quelle qu'en soient les motivations , les intentions ... il y a toujours des conséquences à subir ou ne pas subir à assumer ou ne pas assumer mais des conséquences manifestes néanmoins ...

    Ceci est une façon de voir tout à fait objective hors de toutes formes de croyance et jusqu'à ce stade nous ne spéculons nullement sur ma manières d'appréhender et les dites conséquences ...
    25
    ANCOLIE
    Vendredi 20 Mars 2009 à 16:17
    Pour en revenir à l'euthanasie : Je crois que c'est une erreur de la concidérer comme une assistance au sucide . Exemple : si je suis en bonne santé physique , mais que j'en ai assez de ma vie , pour n'importe quelle raison .... Je demanderais à la médecine de "me sucider" ? .... Ce n'est pas du tout comparable au principe de l'euthanasie .
    D'autre part : j'ai aussi parlé du malthusianisme , de l'eugénisme ... ce qui pose le probléme de l'euthanasie , par un etat totalitaire , et celà au nom d'un interet collectif alibi , .... l'euthanasie des individus jugés socialement innaptes . On peut trés bien imaginer qu'une société totalitaire écologique par exemple , au nom de principes écolo-politiques , decide de l'euthanasie de toutes personnes qui serait jugée poluante , mal-écologiquement-pensante , écolopolitiquement INKORREKTE ! ! ! YA VOL ! ....Celà c'est déjà produit il y a quelques temps ... NON ? .... Conferre les nazi et le premier programe écolopolitique et hygiéniste de l'époque moderne .... Avec l'élimination programmée des handicapés divers .... et ensuite des homosexuel-les .... des cas sociaux des tziganes et des ennemis de monsieur ENZO .(le bon chrétien) ... Bien sur , les bonnes âmes preconiseraient de faire celà proprement .... Finalement , c'etait l'humanisme , le premier argument du docteur GUILLOTIN : ce révolutionnaire du siecle des lumiéres : déja une forme d'euthanasie au nom de la révolution ET DE LA RAISON ... et bien sur déjà , de la raison d'etat . Voilà .... finalement (si je peux me permettre ce mot) rien n'est jamais tout noir ou tout blanc ...... Ni ici ni là ni ailleurs ni autrefois ni maintenant ......
    26
    ANCOLIE
    Vendredi 20 Mars 2009 à 16:41
    M'sieu Farfadet , je n'ai pas dit que je ne croyais pas au principe de causalité . J'ai dit (ou voulu dire) que je pensais que ce principe etait plus complexe que la déscription théorique élaborée par la mécanique classique (Newtonnienne) Voilà ...
    D'autre part : dire qu'on a à en SUBIR les concéquences ... le mot SUBIR implique un jugement subjectif (ce qui ne signifie pas "faux") ce qui illustre trés bien mon propos de la complexité du principe de causalité , surtout en ce qui concerne les actions humaines . Mais , il est évident que vous introduisez de la morale , par le biais de ce que vous nommez le karma ou principe karmique , dans un principe (celui de causalité) qui n'a que faire de la morale : la votre ou la mienne ou tout autre morale .
    La physique se fout pas mal de la rétribution des actes passés presents ou à venir ...Et la nature aussi d'ailleurs ....Bon , quand au concepte de "LOI de LA NATURE" ... je le conteste d'un point de vue strictement sémentique . Mais c'est encore un autre probleme ....
    27
    Farfadet Patrice
    Vendredi 20 Mars 2009 à 22:51
    J'avoue humblement , Chère Ancolie (je suis affectueux pas ironique) avoir du mal à vous suivre.. vous qui our d'autres sujets, jugiez ma prose imbuvable voire incompréhensible, là j'avoue que c'est moi qu suit "out" et vous employez trop de termes bien complexes qui complique tout >...
    Oui, je sais, tout ceci n'est pas simple ...
    Mais pour vous assure de mon adhésion sachez quand m^me que mon épouse ( aujourd'hui handicapée suite à un AVC ) et moi avons accompagné pendant 40 d'existence partagée, des personne adolescentes puis adultes handicapées mentales ...
    Alors humainement , voyez-vous, le regard que nous portons sur tous les déshérités et les malmenés de la vie , il est compatissant* et surtout progressiste...
    Non ce qui est gênant, s'agissant d'êtres humains, ne doit jamais être éradiqué mais pris pour ce qu'il est vraiment afin de transformer et faire progresser ... La présence d'êtres différents est bien souvent présente pour nous faire repenser notre propre humanité
    Nous avons plus progressé humainement grâce à la présence de ces trisomiques, autiste et "autres" que nous, nous leur avons permis de progresser... . ça c'est réel ... On ne peut que le déploreret nous le reprocher car ils méritent mieux encore ...

    NB *la compassion n'a rien à voir avec la pitié ...

    Bien , Bonsoir à Vous Ancolie, Marie-Claude et tous ses amis blogueurs .
    28
    ANCOLIE
    Samedi 21 Mars 2009 à 09:02
    M'sieu Farfadet , si vous n'avez pas compris , hypothése de ma part , c'est parceque vous avez cru que je parlais DE VOUS .... Alors que NON , pas du tout . Je faisais des suppositions que je poussais EXPRES jusqu'aux limites de l'horrible .... Histoire d'éssayer d'en épuiser le sens . Juste pour dire que l'univers , la vie , les êtres ... ce n'est pas de la mécanique . Bien des DOGMATIQUES de la religion OU de la raison ont produit l'horrible , pour avoir cru pouvoir penser le monde comme ça : HOP ! ... à grands coups de simplifications mysthiques OU rationnalisantes . Et à chaque fois ils ont produits l'horreur .
    Contre-exemple pour Marie Claude : interesse toi à un certain François d'Assise ! .... Peut-etre détesteras tu moins les illuminés de la foi , et peut-être trouveras tu en eux beaucoup de vraies lumiéres ... dignes des LUMIERES du savoir .
    29
    Farfadet Patrice
    Samedi 21 Mars 2009 à 22:32
    Marie-Claude qui a le don de nous lancer sur des discussions passionnées et passionnantes ...
    Je viens de relire pour ton oncle ... Bouleversant !...

    Je pense, en toute honnêteté que ce problème est à la fois médical et moral et donc laissé à l'appréciation des familles et du praticien . Certes, l'avis de l'intéressé est à prendre en compte également quand il est dans un état de conscience lui permettant de prendre librement cette décision ...
    Mais en y réfléchissant jusqu'à quelle limite a-t-on le droit de revendiquer et décider sa mort ...

    As-t-on demandé de venir sur terre ???
    Dois-t-on demander de quitter ce plan terrestre ?

    Dans mon "discours" ci-avant , je parle de destin, je fais allusion au fait que nous somes responsable de notre naissance , doit-on pour autant décider de l'heure de notre mort ?...
    C'est une sacrée bon sang de question ça !...
    Et pourtant, de la part de celui qui n'en peut plus de vivre , à force de souffrances , on peut comprendre qu'il souhaite en finir avec la vie Ici bas ...

    Légiférer là-dessus me semble vain plus que inacceptable ...
    Ne peut-on s'en remettre à la conscience des personnes concernées par cette terrible décision et laisser ces évènements hors de la portée du grand public ne demeurant qu'au sein des familles du patient en grande souffrance ...
    Médiatiser ce genre d'évènements n'apporte rien et nuit plutôt aux familles ayant à vivre cette épreuve douloureuse autour de leur parent se "disposant" à mourir ...

    Bien le bonsoir à Vous Tou(te)s
    30
    ANCOLIE
    Dimanche 22 Mars 2009 à 10:02
    Je comprend les arguments de Patrice .... Mais , je pense que la fonction de la loi n'est pas uniquement de permettre et d'interdire .... mais , également de poser des repéres colléctifs ..... Quitte à les remettre en quéstion .... LA LOI n'est pas donnée aux humains par une entité supra terrestre . IL n'existe pas de justice immanente . Les lois sont le fruit du quéstionnement humain face à la réalité . L'humanité doit répondre SEULE à ces (ses) questions .... Elles invente des réponses plus ou moins vraies , plus ou moins fausses ... et elle se donne des lois qui l'aide à se repérer avec le réel (un réel qui lui échappera toujours , malgrés tous ses efforts religieux ou-et scientifiques) Des lois qui seront et devront toujours etre discutables , dans l'éspoir de les amelliorer .
    31
    Dimanche 22 Mars 2009 à 20:22
    ton analyse est judicieuse Ancolie, il y a beaucoup de chances que toute forme de la "conscience" des hommes prenne naissance au regard de la mort d'un être aimé, qui dit conscience induit réflexions multiples pourquoi se limiter à la religiosité ?
    32
    Dimanche 22 Mars 2009 à 20:28
    Religion égale domination . Ancolie,la générosité, la solidarité, le partage ... se trouvent dans l'histoire des hommes ayant vécu la "galère", des mines d'antan aux ghettos, des oubliés d'hier à ceux nombreux aujourd'hui encore dédaignés par la vie, je les vois, les reconnais, les soutiens ... sans aucune présence divine . Rien que des hommes pour des hommes
    33
    Dimanche 22 Mars 2009 à 20:52
    "pour en revenir à l'euthanasie" Ancolie, les crimes dont tu parles à l'encontre des faibles, des différents, promus par des politiques totalitaires, ne sont pas demandeurs d'euthanasie, ils sont tant que va leur système ... auxquels toujours depuis la nuit des temps, les humanistes ont mis FIN, bien sûr d'autres viendront encore, bardés de séductions qui les feront élire, pour n'agir qu'en "vertu" de leurs principes dominer et détruire ... et le combat d'idées recommencera ... une histoire sans fin ... histoires d'hommes !
    34
    Dimanche 22 Mars 2009 à 20:56
    j'ai été absente de mon blog, ce week-end, Patrice, je découvre donc en même temps les questionnements évoqués ...
    j'en déduis que penser fait du bien, cela élargit nos horizons parfois trop courts, à tenir conscience des autres ...
    amitiés à tous et bonne semaine !
    35
    Dimanche 22 Mars 2009 à 20:58
    je peux reconnaître les valeurs d'un homme Ancolie sans en aimer le saint ...
    36
    Dimanche 22 Mars 2009 à 21:05
    si les choses pouvaient être aussi simples que tu le demandes Patrice, il n'y aurait aucun besoin de légiférer, si trois pays se sont mis à le faire, après débats et conclusions, c'est que des personnes sensibles ayant aidé la mort de leur proche se sont trouvées acculées par la loi (qui interdit de donner la mort) à rendre des comptes et ont étés passibles de peines lourdes ...
    Je trouve donc utile dans nos sociétés d'en admettre le principe sans obliger au fait . Libres sommes-nous d'y recourir en cas de volonté .
    37
    Dimanche 22 Mars 2009 à 21:08
    comme tu résumes bien Ancolie !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :