• DU CÔTE DE CHEZ JEAN d'ORMESSON

    C'est le tout premier livre de l'auteur, le tout premier à figurer dans ses oeuvres DU CÔTE DE CHEZ JEAN d'ORMESSONchoisies pour "La vie ne suffit pas" , c'est celui dans lequel il nous parle de ses errances, lui, l'enfant gâté par la vie, né dans une "bonne famille" qui le protège et le nourrit longtemps, qui se cherche sans fin, qui ne se trouve pas, qui sait ce qu'il ne veut pas, qui doute du sens de la vie ... 

    Pourtant combien il l'aime !

    "C'est l'oeuvre des hommes que j'admire, leurs passions et leurs vices ."

    "La vie des hommes me fascine, ce qu'ils en font, comme ils la traitent, la méprisent, l'humilient ou la magnifient ... Ils me parlent sans cesse de moi, de ma vie à moi, de ce qu'elle peut faire et vaincre ..."

    "Ah ! Combien j'admire les hommes et leurs passions, leurs livres, leurs guerres, leurs misères et l'éclat de leurs réussites !"

    Et comme tous les jeunes de tous les temps, de toutes les classes, toutes générations confondues, en lui comme en nous, sont conjoints et le doute et l'envie de réussir ...

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Avril à 18:25

    L'Homme naît bon en général! Malheureusement certains ont dans leurs gènes de la méchanceté, du racisme, de la jalousie et j'en passe......alors que l'amour, l'amitié, le partage......sont beaucoup plus nobles comme sentiments!

      • Samedi 7 Avril à 18:37

        à un moment donné, il nous faut faire des choix ... plusieurs chemins s'offrent à nous, à nous de choisir ... rien n'est écrit d'avance ... et nous sommes seuls responsables de nos actes !

      • Lundi 9 Avril à 23:54

        L'Homme ne naît ni bon ni mauvais. Il naît. Tout court wink2. Et c'est son environnement qui va le construire. Pas seulement. Sa conscience, sa sensibilité, sa force ou sa faiblesse (ou les deux), aussi. Les défauts ne sont pas dans les gênes. S'ils se transmettent, c'est par l'éducation ou l'absence d'éducation. La méchanceté, le racisme, la jalousie, la cupidité, la violence, etc., tout cela, même si c'est difficile parfois de l'admettre, sont des choses qui s'apprennent. Eh oui, on n'apprend pas que les bonnes choses dans la vie. Ensuite, chacun ne réagit pas de la même façon face à "l'attrait" de toutes ces mauvaises pentes. Je crois que nous avons en chacun de nous la potentialité de devenir un bienfaiteur ou un criminel. J'écoutais un jour un criminologue qui expliquait comment n'importe qui peut basculer dans le crime, quand plusieurs facteurs y menant sont alignés. Heureusement, ça n'arrive pas à la majorité.

      • Mardi 10 Avril à 18:09

        là aussi Fabrice tu me sors les mots pensés au profond de ma conscience, il est dur souvent de prendre le chemin de la raison quand les émotions nous attirent vers la facilité que sont dans un premier temps "haine" et "violence"  pourtant ... la vie nous apprend tout le mal de ces penchants contre lesquels il nous faut lutter sans cesse ...

        amitié .

    2
    Dimanche 8 Avril à 08:05

    Je n'ai rien lu du tout de Jean d'Ormesson.... Je l'avoue.

    Passez un bon dimanche.

      • Dimanche 8 Avril à 11:37

        de lui, je n'avais lu que "le vent du soir" avant sa mort, l'homme de ses débuts je l'avoue ne me séduisait pas ... mais à force de l'entendre dans des émissions littéraires, j'ai appris à aimer son "érudition" et sa façon de la porter ... je me suis donc décidée à sa mort de lire son oeuvre dans son ensemble  ... même le jeune homme dans ses écrits qui ont eu du mal à percer ... m'interpelle ... j'entame maintenant "François-René ou la contradiction " qui nous raconte un certain Chateaubriand ... 

        amitié .

    3
    Dimanche 8 Avril à 10:08

    Je n'ai pas lu ce livre, je voudrais lire aussi son dernier

      • Dimanche 8 Avril à 11:40

        je finirai par lui ... et la route est longue pour y parvenir ... mais son écriture es t légère ... qui me comble sous le soleil !

        amitié .

    4
    Dimanche 8 Avril à 12:00
    daniel

    Moi aussi la vie des autres me fascine. Je suis d'une curiosité !! Tiens il faut que j'écrive sur cette curiosité !

      • Dimanche 8 Avril à 12:06

        "je" n'existe que parce que "tu" existe ! je suis tout autant curieuse que toi de la vie des autres qui souvent nous aide à comprendre la nôtre ... en miroir ou en son contraire ... écris donc, je viendrai te lire !

        amitié .

    5
    Dimanche 8 Avril à 14:04

    ..je sens que je vais faire comme toi, faire plus ample connaissance avec ce monsieur que j'aimais écouter...

    Bon dimanche, bises de Mireille du sablon

      • Dimanche 8 Avril à 20:54

        tu passeras de bons moments, je lui trouve autant de grâce dans ses écrits que la verve dans ses discours !

        amitié .

    6
    Lundi 9 Avril à 23:44

    Ô combien ces mots-là résonnent en moi et me parlent :

    "La vie des hommes me fascine, ce qu'ils en font, comme ils la traitent, la méprisent, l'humilient ou la magnifient ... Ils me parlent sans cesse de moi, de ma vie à moi, de ce qu'elle peut faire et vaincre ..."

    C'est tellement ça. On n'est rien, seul dans son coin. On a besoin d'exister, mais sans l'autre, on n'existe pour rien. On n'existe pas. La curiosité n'est pas du tout un vilain défaut, c'est par elle aussi que nous avons cette soif d'aller vers l'autre, de nous intéresser à lui, à elle, et nous comprenons assez vite qu'à travers eux, c'est un peu (beaucoup) de soi qu'on trouve, c'est un peu (beaucoup) sur soi qu'on apprend. C'est si précieux, ça !

    Bien sûr, comme toi, je ne crois pas à ce qui serait écrit. Peut-être la seule liberté dont on dispose vraiment, c'est celle qui consiste à choisir un cap pour sa vie. On croit que ce n'est pas forcément possible, sans doute parce qu'on n'est pas toujours prêt à en payer le prix (car, oui, il y a un prix à payer, même pour cette liberté-là).

    Beau mardi à toi. Bises.

    Fabrice

      • Mardi 10 Avril à 18:02

        j'ai volontairement extrait ces phrases de l'oeuvre tant elles me parlent de moi itou, n'est-ce pas cela qu'au fond nous cherchons dans la littérature ? pour moi en tout cas, ce fut le cas dès mon adolescence, je me suis nourrie de ce qui était en moi et que je trouvais partagé par tant d'autres  ... et pas des moindres ... tu as raisons de rappeler que la liberté de choisir à son prix , le contraire aussi ... pour moi cela aurait été payer trop cher que de me soumettre aux choix des autres ... 

        amitié .

    7
    Mercredi 11 Avril à 19:46

    Mon dieu, je n'ai lu de lui que son anthologie de la littérature française (en deux tomes) qui finalement, est assez plaisante. Le Chateaubriand doit aussi être passionnant. C'était un personnage ! J'aime bien les citations que tu as choisies et qui m'en rappellent une de Mauriac, à propos des villes... Et des hommes qui les habitent, dans "Thérèse Desqueyroux" (à la fin).

    Bonne lecture, Claude o:)))

      • Mercredi 11 Avril à 20:07

        ah Pivoine "son" Chateaubriand est sublime de séduction ! celle qui émane de d'Ormesson pour lui, celles (nombreuses) dont Chateaubriand à su profiter auprès de femmes très bien placées pour lui ouvrir les portes nécessaires et en politique et en littérature ... j'y trouve vraiment une analogie entre les deux hommes à un bon siècle d'intervalle ... je ne l'ai pas encore fini ... je suis toujours sous l'emprise de "la séduction" de ces deux personnages qui comptent en littérature !

        amitié .

    8
    Vendredi 13 Avril à 10:54

    Bonjour Marie-Claude,

    C'est bien cela, la vie est une succession de questions sur soi-même et sur notre rapports au Monde dont nous faisons partie... et toujours vévoluent les réponses jamais satisfaisante mais progressivement un peu plus nuancées et s’approchant des problématiques avec un peu plus de circonspection.

    Que savons-nous de nous ? Que savons-nous du Monde ?... chaque jour, un petit peu plus et c'est ainsi que l'on avance vers la lumière profitant déjà de celle de chaque jour qu'il nous est permis de vivre dès notre lever.

    Jean d'Ormesson un magnifique exemple d'enthousiasme qui cherchait sans cesse cette petite étincelle qui allume les regards posés sur la Vie qu'on aime... Il y a toujours du soleil derrière les nuages ...

    Amitiés des farfadets du Poitou.

      • Vendredi 13 Avril à 23:03

        sont-ce vraiment les réponses qui nous tentent ? dès qu'on en obtient une ou un semblant d'une ... on s'embarque dans un autre questionnement  qui lui est riche de curiosité, de besoin de savoir, de recherche de doute et d'énergie ... d'enthousiasme , de vie avec ou sans nuages qui eux aussi ne font que passer  ...

        s'il me fallait donner un sens à la vie, j'opterais sans conteste à celui du questionnement ...

        amitié à tout le Poitou et aux Farfadets en particulier !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :