• COMME LA VIE A CHANGE !

    Je me souviens dun temps disait la chanson, le temps de la Bohème, celui COMME LA VIE A CHANGE !où lon trimait dans lespoir des temps meilleurs, où elle posait nue mais que les pinceaux habillaient de couleurs, un temps où lon était heureux dêtre jeune, où la vie sabreuvait aux sources de lhumain  

    COMME LA VIE A CHANGE !

    Je vous parle de ces jours présents, le temps de la colère, celui qui a tué lespoir de ces jeunes pourtant nés en temps de prospérité mais qui subissent laustérité, ils sont couverts de technologie, savent y faire, mais ils coûtent si cher, quon les laisse sur le carreau au nom dun dieu nouveau, le capital si froid, si inhumain que tous grelottent au point de séchauffer pour ruer dans les brancards en quête despoir  

    COMME LA VIE A CHANGE !

    La souffrance des peuples nest pas neuve, mon temps, celui de la Bohème fut peut-être le meilleur, les guerres finies pour un temps, une politique partagée par des idéaux forts qui faisaient rêver et la gauche et la droite, chacune de ces idées sociétales faisait progresser lhumanité par des débats parfois houleux mais qui conduisaient à léquilibre entre les hommes Tout aurait pu continuer si largent ne sen été pas mêlé, si en tombant le mur de Berlin navait pas écrasé Marx, laissant croire à une politique unique pouvant tout, essentiellement basée sur léconomie des marchés  

    COMME LA VIE A CHANGE !

    On pourrait croire que nos rêves sont morts, on pourrait croire que largent va gagner, que lHomme a disparu derrière des colonnes de chiffres qui ne cessent de sadditionner, que la vie a perdu tout son sens Cest oublier la force du rêve cest oublier quun peuple opprimé peut beaucoup, cest oublier que lHomme tout petit quil est,  a traversé les âges, les guerres et les crises, quIl est debout, quil peut

    CHANGER LA VIE !       

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    mireille du sablon
    Mardi 25 Novembre 2014 à 07:43

    Bien sûr qu'il appartient à l'homme de changer la vie! Il suffirait qu'il réfléchisse à l'essentiel..a-t-il donc un besoin réel de posséder la toute dernière technologie pour être heureux? du travail, un toit sur la tête, de quoi se nourrir correctement, la santé ....cela m'a suffi jusqu'à maintenant. Je n'ai pas connu la guerre, j'ai eu un travail qui m'a plu, j'ai milité pour améliorer ce quotidien et pour qu'il soit partagé..Je me demande aujourd'hui si le monde n'est pas quelque peu "anesthésié"?

    Bonne journée, bises de Mireille du sablon

    2
    Mardi 25 Novembre 2014 à 09:37

    comme tout cela est fort bien dit, effectivement" je me souviens d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître",ou le matin on pouvait quitter son boulot et en avoir un autre le soir!!!!! sur ce plan là, la vie était meilleure ;sur d'autres moins:simone Weill n'avait pas encore régularisé l'avortement, la pilule est arrivée dans les années 60 (en france la loi neuwrith date du 9 juin 1967!!!) donc jusque là le corps de le femme était tributaire du bon vouloir de l'homme : les loi faites par des hommes, et certains médecins hommes refusaient de la prescrire!!!!!il ne faut pas non plus minimiser les progrès du confort ménager , je me souviens de ma mère lavant le linge au lavoir par des températures polaires!! je l'aidais parfois .Donc la machine a laver le linge est une avancée extraordinaire pour la femme,pour la vaisselle c'est pas mal non plus happy mais, mis a part ces choses là; la vie de la population s'est dégradée autrement , et tout ceci , tu as raison , a cause de ce fric qui est devenu une addiction !!!et , ce qui , particulièrement me  fait hurler ,c'est de voir les sommes qu' engrangent certains , comment peuvent ils dépenser tout ça  quand ils gagnent en un jour ce que d'autre gagnent en un mois voire plus !et cette disparité là me rendrait hargneuse , car je ne la comprends pas ! qu'ils y aient certaines différences d'accord , mais a ce point là , c'est du mépris pour le travailleur!!!et , oui laisser sur le bas côté toute une catégorie de notre jeunesse est suicidaire, avec ou sans diplôme d'ailleurs!!!!et tout ceci peut  mener a des actions violentes pas forcément intéressantes pour le devenir de l'humanité!

    Mais , comme le disait victor Hugo"un homme qui lutte est un homme debout",il va nous falloir nous battre pour mettre par terre ce système ultra libéral!!!et cela sera d'autant plus difficile que la souffrance et le désespoir anesthésient les consciences que les pouvoirs laissent en friches pour avoir les mains plus libres!

    et Marie Claude, cette phrase :: si en tombant le mur de Berlin navait pas écrasé Marx,, ........yes est sublime.

     

     

     

     

    3
    Mardi 25 Novembre 2014 à 16:09

    Nous venons de ce temps là Mireille, et nous avons été heureux !

    Pourtant, toi moi et les autres avons aussi pour notre plus grand bien adhéré à l'usage des technologies modernes,  faites par des hommes capables, pour que nous soyons capables de nous en servir, on appelle ça le progrès et j'en suis fière, ce contre quoi je m'insurge c'est que la richesse qui en découle ne sert qu'aux actionnaires  ...

    C'est cela que nous devons changer non pas retourner en arrière en faisant fi de nos capacités ... nous ne pouvons stopper la créativité ingénieuse des hommes elle nous est trop utile !

    amitié .

    4
    Mardi 25 Novembre 2014 à 16:24

    Ah ma râleuse favorite, comme tu me ressembles, comme nos idées se rejoignent ...

    je n'aurais pas voulu vivre la vie de ma mère qui pourtant fut et est encore heureuse malgré  ses 97 ans, si peu aidait les femmes à son époque ... 

    Ma vie à moi fut rose (et l'est encore) pilule à 19 ans, vie sexuelle sans peur de grossesses à répétition, sans sida, études possibles, possible aussi (bien qu'il m'ait fallu compter) d'élever mes enfants programmés sans travailler à l'extérieur, possible de m'investir socialement et politiquement (bien que femme) au coeur de ma cité, me battre pour des idées qui allaient de l'avant, des idéaux, des rêves d'universalité, de grandeurs pour l'homme ...

    tout cela de nos jours se monnaie au prix fort je ne peux l'accepter !

    Quant à la phrase, si elle m'est venue comme cela c'est qu'en mon for intérieur, elle me brûle ...

    amitié .

    5
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 09:12

    Bonjour,

    Peut-être que les Shadoks avaient raison en disant :


    « S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème. »

    « Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir. Autrement dit : plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. »


    ♥ bisous perplexes ♥

    6
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 09:27
    Daniel

    Il ne faut pas regretter le passé. La vie se transforme forcément. Plus rien ne sera comme avant. Il faut l'accepter tout en défendant ses droits. Même si les temps sont très difficiles , je suis plein d'espoir pour l'avenir car la crise que nous traversons contient déjà les germes de nouvelles valeurs: la solidarité et le partage.

    Oui plus rien ne sera comme avant car les pouvoirs en place s'affaiblissent et ne sont plus crédibles....

    7
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 10:44

    Changer la vie! Pour y arriver il faut changer les mentalités....hélàs le fric, l'argent, les bonus, les combines....sont les seuls intérêts d'une certaine classe de la société, de certains gouvernements...pour faire plaisir à certains ...au détriment de l'être humain , de son savoir, de l'amour qu'il peut offrir, de l'équité....de la morale tout simplement! A vomir cette société capitaliste, cette société de Droite ....Heureusement les Peuples, quand ils le veulent peuvent faire tomber quelque gouvernement que se soit....même sans violence...grâce à leur tempérament d'égalité, de fraternité, de dignité . Ces Peuples ont déjà gagné tant de batailles...qu'ils continueront à le faire encore et encore...c'est dans sa nature d'homme, de vrai combattant pour une justice équitable pour tous!

    8
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 21:56

    je dis souvent Rafaël que tout problème a sa solution ... cela rejoint les Shadoks ...

    Tu connais notre Belgique ... tu sais que rien n'y est facile ... pour une fois travailleurs flamands et wallons sont unis dans un même combat : la Lutte des Classes !

    Demain dès potron-minet je m'embarque pour la Flandre, j'y serai pour leurs grèves !

    amitié .

    9
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 22:10

    Je ne veux pas retourner en arrière Daniel demain est trop prometteur, mais lutter encore et toujours pour que le monde évolue ! je ne veux surtout pas régresser !

    comme tu le dis,  les peuples veulent de la solidarité, du partage ... ce sont les riches qui de nos jours ont le pouvoir et mènent la politique protectionniste de leurs biens 

    Et ça, ça m'énerve !

    Pourtant comme toi, je vois naître tout autour de moi les prémices d'une ère nouvelle aux tendances plus sociales, j'espère la voir éclore ...

    amitié .

    10
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 22:18

    Nous sommes en guerre, pour qu'éclate cette bulle de solidarité que réclament les peuples !

    armés de nos mots jusqu'aux dents, faisons bouger les choses !

    11
    Jeudi 27 Novembre 2014 à 13:54

    Tu as raison...la force du rêve... mais parfois pour certains qui galèrent ce rêve devient insoutenable car toujours éloigné, jamais à porté de main et le rêve devient torture...


    Malgré tout, je crois toujours en cette force de rêve même si parfois, la brume le recouvre...mais je me dis qu'il y aura bien une trouée dans le ciel, un rayon de soleil qui viendra dissiper cela....

    12
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 08:05
    Chadou skynet

    Bonjour ma petite Marie Claude...Mon petit passage chez toi, juste pour le plaisir de te rendre une petite visite et te souhaiter un bon vendredi !C'est bien vrai ce que tu dit pour les jeunes il n'y a plus de petits travaux, il sont donnés à des peau foncées a petits tarifs, quand comprendront ils qu'ils asphyxient notre pays avec ce surplus de mains d'oeuvre ! Il fait très gris ici ce matin j'espère que l'on reverra quand même un peu de soleil ! Bisous en pagaille mon amie et douces caresses a tes petits copains 

     

    13
    dominique boudou
    Dimanche 30 Novembre 2014 à 12:06

    Nous sommes condamnés à espérer et c'est difficile.

     

    14
    Mardi 2 Décembre 2014 à 07:26

    je me souviens aussi de ce temps là. Celui de ma jeunesse. Nous avancions, en ayant tout à bâtir, sereinement. Emplis d'espoir et heureux. 

    il n'en est plus rin. Un poids sur les épaules avant que de démarrer dans la vie. Une chape de plomb qui fige les ailes. Il faut beaucoup de foi en l'humain pour espérer un changement. Ce sera bien difficile il me semble.

    15
    Mardi 2 Décembre 2014 à 16:49

    Ils nous veulent désespérés Mahina, pour mieux nous délaver du reste de couleurs qui hantent encore nos rêves ... Je sais c'est dur que de porter le flambeau quand le vent est si fort qui voudrait éteindre la flamme ... mais il nous faut résister surtout ne pas les voir gagner ...

    amitié .

    16
    Mardi 2 Décembre 2014 à 16:53

    Non Chadou ce ne sont pas les ouvriers à la peau brune qui nous font du tort, ils essayent eux aussi de vivre mieux ... ce sont les patrons qui jouent de leur misère en les rendant esclaves des temps modernes, nous plongeant par là-même dans la mouise la plus totale ... surtout ne nous trompons pas d'ennemis !

    amitié . 

    17
    Mardi 2 Décembre 2014 à 16:55

    Espérer Dominique et BOUGER ... en les paralysant ...

    amitié .

    18
    Mardi 2 Décembre 2014 à 17:00

    C'est difficile Corinne .... Horrible de faire travailler les vieux et laisser les jeunes à l'abandon ... quant eux s'octroient  des salaires et des rendements sur capital à nous faire vomir ... 

    Quand je rêvais d'universalité, ce n'était pas à ceci que je pensais ... et pourtant je m'accroche encore à mes rêves ...

    amitié .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :