• AUX HEURES DE CREPUSCULE, LES AURORES S'ANNONCENT

    AUX HEURES DE CREPUSCULE, LES AURORES S’ANNONCENT
    Phrase sortie de son contexte, écrite par M. Onfray, dans « les sagesses antiques » . Phrase qui me plaît tant que je me l'approprie l'espace d'une cogitation ...Après la pluie, vient le beau temps, adage populaire nettement plus usité, voulant dire pareil, mais en moins bien ...En fait, nous pouvons parfois être à ce point démoralisés par les faits de nos vies que nos épaules lourdes se tassent, si fort que notre corps se racrapote sous des pluies torrentielles, venues de nulle part si ce n'est de l'intérieur de nous ... Du mal être que nous avons à affronter des événements extérieurs contre lesquels nous nous sentons incapables de réagir, soumis aux intempéries morales, sociales, civiques, citoyennes et autres . Face à toutes ces turpitudes, nommées heures de crépuscule, prenons philosophiquement le temps d'attendre, laissons passer l'orage, ruisseler l'eau sur nos carapaces humides, parce que tout optimiste sait que demain sera un autre jour, que le soleil finira par pointer ses rayons dans notre direction, nous prodiguant forces nouvelles, pour à nouveau être capable de redresser le corps, de sécher nos pleurs, et d'aller guilleret les cheveux au vent dans ces aurores prometteuses de bien être ! Pensées à tous ces étudiants qui se bloquent sur leurs cours pour se garantir demain un avenir !
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Brigitte
    Mardi 5 Juin 2007 à 21:45
    C'est un texte plein d'espoir. Elément qui me fait défaut en ce moment.

    http://saveur-tendresse.over-blog.org/
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Patrice
    Jeudi 7 Juin 2007 à 23:54
    J'aime le positivisme, même si parfois la vie est âpre et les lendemains incertains... Il y a toujours du soleil derrière les nuages ...
    Petit chant qui me reste du temps où j'étais mono de colonie de vacances et que j'aimais faire chanter à mes joyeux "pioupioux"

    " Le front penché vers la terre,
    J'allais seule et soucieux,
    Quand résonna la voix claire,
    D'un petits oiseau joyeux ...

    Il disait : reprends courage,
    L'espérance est un trésor,
    Même les plus noirs nuages,
    Ont toujours leurs franges d'or ...

    Bonne Nuit et merci de votre visite sur le "Mirebalais Indéoendant" des farfadets ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :