• AU SAUT DU LIT,

    AU SAUT DU LIT,J'ai enfilé mes bottes de neige, revêtu un gros manteau et dehors m'en suis allée déblayer trottoirs et sentiers et passages, histoire de jouer ...
    Osée hier découvrait cette neige qui n'existe pas au c½ur de son Afrique, à chaque pas, il s'arrêtait, dessinait au sol blanc ... son nom ... pour signer le tableau ...
    J'imagine Tybalt et Tanaïs fouler de leurs petites bottes le blanc manteau qui recouvre Genval, là, je voudrais pouvoir voler ...et les voir ...
    Un côté noir à cette blancheur, ces pauvres gens qui sans abris traînent au froid d'une société partagée entre l'accueil et le refus ...
    Les régions et les communes ayant fait provision de sel, les routes semblent dégagées ... merci aux épandeurs pour avoir toute la nuit veillé à notre sécurité .
    Pareille à l'enfant, j'aime ces moments enneigés, où du ciel au sol tout est blanc, aux horizons si larges que je pourrais m'y noyer, abandonnant mes noirceurs, ne laissant pointer, à l'image des arbres qui émergent, qu'une note de couleurs créant l'espoir ...
    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Genseric
    Mardi 30 Novembre 2010 à 18:05
    Et vive la neige ! Elle embellit le paysage et soudain, Charleroi ressemble à Albertville. :)
    2
    Rafaël
    Mardi 30 Novembre 2010 à 18:33
    Bonsoir,

    Ah, il faut garder son âme d'enfant pour apprécier les belles choses. Le cerveau des adultes est bien trop encombré.

    Bisous colorés de Mouscron où ce matin les routes avaient revêtu leur blanc manteau.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :