• A QUOI BON VIVRE VIEUX ?

    Ah, si l’éternité c’était de prolonger indéfiniment nos vingt ans, nos moments de A QUOI BON VIVRE VIEUX ?bonheur, nos capacités d’indépendance, comme il serait bon de s’attarder au temps de la vie … sans fin …

    Mais il en est tout autre, car il arrive un temps où la vie pèse sur les autres, qui trouvent bon de se défaire  des charges de nos dépendances  en plaçant avec bonne conscience au sein d’institutions nos corps alanguis demandeurs de soins, de tendresse, et d’amour encore …

    Ainsi maman, toi qui veillais avec soin sur nos corps de bébés joufflus, toi, qui a su nous donner outre la voie de l’amour à vivre, l’art du savoir se faire à la vie, te voilà impotente forcée de subir tout ce dont tu nous as protégé par hygiène de vie …

    De l’hygiène parlons-en, des croûtes te poussent sur la tête par manque de bains interposés, on te fagote d’habits mal ajustés par manque de temps, ton déjeuner pas fini reste des heures à se faire desservir, le seul personnel présent n’ayant que deux bras …

    Pourtant tu paies plus que cher ces heures des jours et des nuits qu’on te laisse à désespérer, l’INAMI de ton pays qui sait le prix des choses contribue pour égal aux soins qui devraient t’être attribués, mais voilà que le vieux est devenu un sujet mercantile, tu en fais les frais …

    « La commercialisation du secteur, aux mains de groupes privés qui répondent à des exigences de rentabilité intensive et déploient une ingénierie très professionnelle pour capter les subsides »  discours du syndicat chrétien bien au courant de ton mal par ses dires, mais qui laisse à la mutualité chrétienne (groupe privé de ton home) gérer de façon très rentable le nursing qui à tes besoins devrait répondre …

    Excuses-moi du peu d’aide que je peux t’apporter maman, mes bras à moi aussi ne sont que deux, alors je me sers de mots pour crier au monde que cette société me pèse qui choisit le pire au détriment du meilleur …

    J’ai donc choisi en toute liberté de ne jamais à mes enfants faire subir ce que toi et moi endurons ensemble, j’ai choisi en toute liberté de me faire euthanasier quand, à mon indépendance je devrai âge faisant renoncer …  Mon pays le permet, je souscris !

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 12 Novembre 2011 à 18:30

    comme tu as raison. Nous n'avons pas ce droit en France. Il faudra bien qu'il vienne un jour...

     

    2
    claudeleloire Profil de claudeleloire
    Samedi 12 Novembre 2011 à 18:39

    Il est vrai Corinne que dans ce domaine, la France est un peu à la traîne ... ou bien est-ce nous qui sommes en avance ?

    Ces lois pourtant font preuve du droit des hommes à déterminer leur destinée  ...

    J'aimerais que tous les états en prennent conscience ...

    amitié .

    3
    giulio
    Mercredi 16 Novembre 2011 à 10:48

    L'impotence suffit-elle en Belgique ?


    Au Luxembourg l'euthanasie et l'assistance au suicide sont légales depuis 2009, mais certaines restrictions ne la rendent pas applicable à la simple impotence. Le point 3 de la loi précise en effet que le patient doit se trouver dans une situation médicale sans issue et subir une souffrance physique ou psychique constante et insupportable résultant d'une affection accidentelle ou pathologique. (www.legilux.public.lu/leg/a/archives/2009/0046/a046.pdf)


    Certes, le psychique pourrait donner lieu à interprétation, mais j'ai visité une maison de repos privée bon marché appartenant à un groupe qui en exploite plus d'une douzaine, afin d'interviewer une vieille dame pour une biographie (sortie il y a 4 ans). Tous les patients que j'y ai rencontrés me souriaient d'un air béat et répondaient complètement à côté de la plaque. Il était évident qu'ils étaient maintenus dans un ahurissement médicamenteux bienheureux, qui laissait beaucoup de loisir au maigre personnel et de substentiels bénéfices au groupe.  Ce n'est certes pas ces pauvres zombies qui auraient pu ou voulu décider de mourir, ni aucun médecin pu témoigner devant leur sourire béat de quelque insupportable souffrance.


    Les lois son généralement ce qu'on veut bien en faire et il y a parfois, comme dit le proverbe, loin de la coupe au lèvres.

    4
    claudeleloire Profil de claudeleloire
    Mercredi 16 Novembre 2011 à 11:03

    Il est vrai que dans l'état actuel de la pensée, la loi belge ne précise pas encore que l'impotence soit déterminante  ... Il nous incombe donc à nous les souscripteurs de préciser notre volonté lors de la remise du dossier, déjà des voix se lèvent pour qu'il ne soit plus nécessaire de réactualiser notre volonté explicite tous les 5 ans, il est aussi bon de tenir nos proches au courant de nos volontés pour que le moment venu ils n'aient pas à hésiter ... 

    Mais peut-être que mon coeur tiendra moins longtemps que mon corps, un bel infarctus venu au moment opportun juste avant de perdre toutes mes raisons de vivre ...

    D'ici là, je prends la vie à plein bras ...

    amitié Giulio .

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :