• La journée était belle, et Péronnes par ses rues nous ouvrait les bras, AVEC TYBALT ET TANAÏS ceux du passé enfoui dans sa terre, ceux du présent rénové, ceux de l’avenir à construire ...

     Nous sommes donc partis tous les trois à la découverte de ce qui fut, est et sera à jamais inscrit dans la mémoire du temps où furent mes parents et les leurs, et tous leurs descendants dont nous sommes … Privilège d’être resté ancrée aux racines de la vie qui nous fit naître et d’y vivre …

     

    Que de souvenirs marquent nos pas, que d’enthousiasme en leurs yeux, que d’intrépidité dans leurs gestes heureux de découvrir le décor de nos enfances passées qui pourtant ont été, et ainsi de comprendre le cheminement du temps qui va de la naissance à la mort donnant toute son importance au présent de la vie …

    Ainsi se défilaient les rues, toutes marquées de moments vécus, celles d’hier qu’aujourd’hui nous arpentons, celles de demain qui se dessineront à l’aube de jours nouveaux, les leurs …

    Ce fut une belle journée pour nous trois ! 

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

    AVEC TYBALT ET TANAÏS

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    16 commentaires
  • Le décor  change, fini le sable fin, voici venu le temps des feuilles UN TAPIS DE FEUILLES …mortes … Il y a encore beaucoup de vert au sommet des arbres, seules jalonnent sur le sol humide, les plus fragiles d’entre elles, jaunes ou brunes, elles amortissent le son de mes pas, qui cadencent en douceur le lever d’un jour nouveau …

    Tanaïs et Tybalt viendront cet après-midi, peut-être aurons-nous le loisir de jouir ensemble de cet espace nature, si cher à mon cœur …

    UN TAPIS DE FEUILLES …

    UN TAPIS DE FEUILLES …

    UN TAPIS DE FEUILLES …

    UN TAPIS DE FEUILLES …

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    11 commentaires
  •  

     

           Grise comme le ciel ...

    La mer s'avance vers la plage, il est peu probable qu'on y plonge  préférant la laisser venir nous caresser les bottes ... 

    Le soleil doit être levé pourtant, mais la chape nuageuse l'empêche de nous éblouir , laissant juste une lumière tamisée filtrer le paysage ...

    LA MER ...    et je passe les mares une à une, arpentant d'un pied léger cette immensité sablonneuse, qui tous les matins ici vécus, me baignent de sérénité ...

    LA MER ...    comment pourrait-il en être autrement ?

     

    LA MER ...      à bientôt !

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    20 commentaires
  • C’est pourtant la pleine lune, mais les nuages qui la voilent NOIRE EST LA NUIT …assombrissent son rayonnement, il est des moments où mon jardin s’éclaire, alors j’observe le blanc des troncs de bouleau qui tranche au sombre de la nuit … Et j’attends le soleil  ...

    Il m’est bon de profiter de ces heures calmes où tout dort encore … il y a bien de temps à autre le bruit de moteur d’une voiture qui passe, mais je ne m’en inquiète pas, elle va là où elle doit et moi je reste là … à attendre …

     

    Attendre que se lève le jour où tout pourra commencer, une nouvelle journée à vivre, qui me dévoilera les choses à faire, et dont j’ignore encore tout … l’âge aidant, on a quitté l’astreinte des horaires, des obligations, on profite dit-on des heures propices …

     

    La maison me dira ce qu’elle attend de moi, le jardin appellera mes pas, les légumes se présenteront à mes casseroles, les fleurs fanées me rappelleront à l’ordre … et ma journée se passera …

    Puis reviendra la nuit noire !

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    26 commentaires
  •  

    La saison était à l’heure, profitant de la nuit pour voiler le soleil, elle fit éclater ses nuages pour remplir les cours d’eau asséchés, laissant entendre le doux ruissellement qui depuis trop longtemps s’était abstenu, ravivant pour un temps l’illusion d’un printemps, les fleurs épuisées se donnaient de l’espoir …

    L’AUTOMNE,

     

    Aurions-nous tort de nous croire « maître » de cette nature qui sait y faire ?

    Et si comme elle, nous reprenions espoir, sachant que l’homme vivait nu sous le soleil quand il était et s’abritait aux grottes aux temps froids, se nourrissant de baies durant l’été, chassant et pêchant graisses et protéines pour se nourrir et se chauffer aux froidures hivernales, s’adaptant au confort permis au fil des saisons ...

    Avons-nous donc perdu le goût de l’aventure ?

    Baissant les bras au gré de nos incertitudes, n’écoutant plus que les discours des peurs qui jamais ne furent bons conseilleurs … 

    Je crois en la Terre, je crois en l’Homme, qui tous les deux savent retrouver Raison à l’aube des saisons qui passent …

    L’AUTOMNE,

    L’AUTOMNE,

    L’AUTOMNE,

    L’AUTOMNE,

    L’AUTOMNE,7-10

    L’AUTOMNE,

     

     

     

     

      

     

    Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    20 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires